in

La réaction pleine d’optimisme de Cabral Libii face à ses déboires avec le PCRN

Ecarté du défilé du 20 mai et potentiellement exclu du PCRN dans les prochaines semaines après que le gouvernement a donné gain de cause à Robert Kona, le député reste zen et confiant.

Libii Cabral Espagne
Cabral Libii, président PCRN - capture vidéo

Cabral Libii traverse une série de déboires avec le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn). Le préfet du département du Mfoundi a adressé une correspondance au responsable départemental du PCRN pour lui annoncé la mise à l’écart du parti politique pour le défilé de la fête nationale. « Tout en saluant votre participation active aux réunions préparatoires du défilé civil des partis politiques dans le cadre de la célébration de la 52e Edition de la fête de l’Unité à Yaoundé. J’ai l’honneur de vous faire connaitre que votre parti ne pourra plus prendre part audit défilé en raison des dissensions dans le parti, susceptibles de perturber l’environnement des festivités », écrit Emmanuel Ndjikdent.

La lettre du Chef de terre du Mfoundi, intervient après que le Minat ait tranché en faveur de faveur de Robert Kona, dans la bataille qui l’oppose au député Cabral Libbi pour la présidence du PCRN. Le gouvernement semble avoir pris fait et cause pour l’adversaire de Cabral Libii. Selon les « hautes précisions » du ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nnji, transmises au Directeur général d’Elecam, le président du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN) est Monsieur Robert Kona, l’un des fondateurs du parti, lit-on dans une correspondance datée du 15 mai 2023 et relayée par Lebledparle.com dans un précédent article.

Pour approfondir :   Cameroun : La sortie du MRC pourrait mobiliser les partenaires du Cameroun

Cabral garde la tête sur les épaules

Dans un message à la fois laconique et patriotique sur X (anciennement Twitter), le candidat arrivé 3ème à la présidentielle de 2018 se défend en ces termes  : « camarades du PCRN, l’unité nationale, plus qu’une fête légale, est ce que nous avons de plus précieux. La célébrer sur toute l’étendue du territoire est une fierté et un devoir, surtout en ces moments où elle est éprouvée dans le sang », a-t-il écrit. Cabral Libii au début des querelles internes dans son parti et l’arbitrage qu’il juge partial de l’Etat, avait évoqué une volonté du régime actuel, de lui faire barrage en vue de l’élection présidentielle de 2025.

Pour approfondir :   Un soldat radié de l’Armée camerounaise assassine sa sœur en Italie 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Violence Conjugale

Ambam : Une femme mariée battue à mort après une nuit d’infidélité chez un amant gendarme

Samuel BILLONG210720400

Climat social : « le RDPC veut le chao dans notre pays et … une révolte populaire »