in

La mère d’enfant séquestrée à l’hôpital a été libérée grâce à une bienfaitrice

Chur

C’e

Chur
La mère d’enfat libéré (c) Droits réservés

« Tout homme porte en lui la marque singulière de l’humaine condition ». C’est ce sentiment de compassion que prônait Montaigne, qui a sans doute animé Mme Fromentin à poser son acte de générosité.

Cette dernière a soldée la facture exigée à Brunelle Obone Zue pour sortir du Centre hospitalier universitaire (CHU) mère-enfant d’Ebori à Libreville, capitale du Gabon où elle donné naissance le 30 août 2021. La bienfaitrice a donc défalqué la somme de 700 000 FCFA pour « libérer » la jeune mère.

En effet, comme l’indiquait Lebledparle Faits divers dans un précédent article, la mère du nouveau-né qui aurait donné naissance par césarienne se trouve dans l’impossibilité de s’acquitter de sa dette auprès de la structure sanitaire spécialisée dans le traitement des pathologies mère-enfant qui l’a accueillie.

N’étant assurée dans aucune boite encore moins Cnamgs, s’est vu présenter une facture de « 700 000FCFA », pouvait-on lire dans les colonnes du quotidien L’Union du vendredi 10 septembre.

La joie se lit sur le visage de notre jeune mère qui n’a pas eu de mot pour remercier la dame à la main sur le cœur qui l’a sorti de cette situation inextricable avec son bébé.

Pour approfondir :   Censure : Internet, le cauchemar des dictateurs


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Camavinga Goal

Carlo Ancelotti refuse de s’enflammer concernant Edouardo Camavinga

Audienceo

Affaire Tenor : Le procès à nouveau renvoyé