in

Jean Ping : « Ali Bongo a refusé de faire du Gabon la plus grande base française pour combattre le Niger, le Mali et le Burkina Faso »

Le candidat à la présidentielle de 2016 au Gabon, dévoile les causes du divorce entre Ali Bongo et la France.

Ping
Jean Ping se prononce (c) Droits réservés

Le Gabon a vécu le 30 août dernier, le premier coup d’Etat de son histoire. Les putschistes, qui se présentent comme le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), ont annoncé avoir “annulé” les élections générales du 26 août 2023 ainsi que les résultats “tronqués” qui donnaient Ali Bongo vainqueur avec 64,27% des voix, contre 30,77% pour son principal rival, l’opposant Albert Ondo Ossa. Ils ont également annoncé la dissolution de toutes les institutions du pays et la fermeture des frontières du Gabon “jusqu’à nouvel ordre”.

Les raisons du putsch

Les militaires ont justifié leur coup de force par la volonté de “défendre la paix en mettant fin au régime en place”, qu’ils ont qualifié de “gouvernance irresponsable, imprévisible, qui se traduit par une dégradation continue de la cohésion sociale, risquant de conduire le pays au chaos”. Ils ont également dénoncé “l’organisation des élections [qui] n’a pas rempli les conditions d’un scrutin transparent” et “la confiscation du pouvoir par la famille Bongo depuis 53 ans”.

Pour approfondir :   Le jardin de la mémoire de l'esclavage inauguré à Bangou

Le coup d’Etat est intervenu en plein couvre-feu et alors que l’internet était coupé dans tout le pays, deux mesures décrétées par le gouvernement samedi avant la fermeture des bureaux de vote afin de parer selon lui à d’éventuelles “violences”. Internet a été rétabli peu après 07H00 GMT, selon des témoignages sur place.

Un divorce entre la France et Ali selon Jean Ping

Jean Ping, un ancien diplomate et homme politique gabonais qui a présidé l’Assemblée générale des Nations unies de 2004 à 2005 et la Commission de l’ Union africaine de 2008 à 2012, a réagi au coup d’Etat au Gabon dans une interview sur Africa matin ce jeudi. Il a affirmé que le président Ali Bongo avait tardé à comprendre ses amis français, qui lui auraient demandé de faire du Gabon sa plus grande base pour combattre les groupes armés dans la région du Sahel.

Pour approfondir :   Alors que Rennes ne souhaite pas le garder, Karl Toko Ekambi se confie sur son avenir

C’est avec grand retard qu’Ali Bongo a compris ses amis Français. Macron avait demandé à Ali Bongo de faire du Gabon sa plus grande base pour bien combattre le Burkina, Niger et Mali. A son tour Ali n’était pas D’accord”, a-t-il déclaré. Une sortie étonnant pour celui qui était en 2016, le grand rival politique d’Ali Bongo.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nguema Oligui

Tout ce qu’il faut savoir sur Brice Clotaire Oligui Nguema : le cerveau du coup d’Etat du Gabon

Ondo Ossa 1

Gabon : Albert Ondo Ossa demande aux putschistes de revenir à l’ordre républicain