in

Jean De Dieu Momo : « Nous le Paddec, nous sommes la fondation de la 3ème République »

Momo Pad

Jean De Dieu Momo étale les ambitions de son parti politique pour les élections législatives et municipales du 9 févier 2020.

Momo Pad
Jean De Dieu Momo (c) Droits réservés

Ce samedi 25 janvier 2020 marque le lancement officiel de la campagne électorale des municipales et législatives du 9 février 2020. Comme tout parti politique en lice, le parti des Patriotes pour le développement du Cameroun(Paddec) de Jean De Dieu Momo se dit prêt à présenter son projet de societé aux électeurs.

Dans un reportage diffusé sur la chaine de télévision Vision 4 et publié sur sa page Facebook, le ministre délégué auprès du ministre de la Justice fait savoir les aspirations de sa formation politique.

Etat des candidats

Le parti de l’avocat international va concourir aussi bien aux municipales qu’aux législatives : « Le Paddec postule à la députation dans la Menoua ; 5 candidats, nous postulons dans le Wouri Est à Douala ; 4 candidats, dans le Mfoundi ; 7 candidats. Et ça, c’est une liste véritablement du vivre ensemble », comptabilise le président du Paddec.

Les idéaux du Paddec

Pour le membre du G20, le Paddec a pour cheval de bataille la lutte contre les écarts sociaux et le repli identitaire : « Nous voulons prouver au monde entier et au Cameroun que le Paddec n’est pas un parti régional. Nous tenons à démontrer que le Cameroun va lutter contre le tribalisme et le repli identitaire et que nous sommes là, champions de guerre depuis que nous sommes au gouvernement et avant notre entrée au gouvernement.  Notre lutte a permis qu’il y ait une loi désormais qui fustige le tribalisme et les propos haineux qui avaient envahi la société, qui constituent un danger pour notre développement. Nous le Paddec, nous sommes là pour le développement du Cameroun. Nous implémentons la politique du chef de l’Etat Paul Biya aussi. Donc nous sommes sur le plan des investitures locales, concurrents au RDPC. C’est pour ça que dans la Menoua par exemple, le RDPC va s’opposer au Paddec. Nous sommes le sang neuf don le président Paul Biya a besoin », déclare l’homme politique.

Un représentant à tous prix à l’Assemblée nationale

Etant donné que c’est au parlement que sont votées les lois importantes de la République, le candidat à la présidentielle 2011 souhaite glaner des repentants à l’Assemblée nationale.

« Nous voulons être à l’Assemblée. Quand on va convoquer les partis représentés à l’Assemblée, que le Paddec soit aussi là. Puisque nous constituons la fondation de demain. Si le Paddec n’est pas là, nos militants qui sont les patriotes ne seront pas représentés au sommet de l’Etat. Et ne perdez pas de vue que nous sommes la fondation de la 3ème République. Comment le Padddec va entrer dans la 3ème République sans la représentation nationale ? », a argumenté le membre du gouvernement.

Si l’on s’en tient aux statistiques données par Fo’o Dzakeutonpoug, le Paddec s’engage dans la course des législatives et municipales avec 16 candidats au vu du verdict du contentieux préélectoral livré d’une part par le conseil constitutionnel et d’autre part par le tribunal administratif.

{module Sur le  même sujet}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lucrce Medou

Cameroun : À moins d’un an de la CAN, Lucrèce Medou Ndjemba démissionne de son poste de Team Press Officer des Lions indomptables

minfopraaa

Recrutement de 100 traducteurs-interprètes : Seulement 47 dossiers déposés en un mois