in

INTERVIEW: Aurèle SIMO, Fondateur Toovendi: « Je suis né entrepreneur, j’ai exercé beaucoup de petits métiers étant tout petit »

INTERVIEW: Aurèle SIMO, Fondateur Toovendi: « Je suis né entrepreneur, j’ai exercé beaucoup de petits métiers étant tout petit »

A 29 ans, ce passionné d’internet, ancien Digital marketing manager chez Afrimalin, a lancé il y a quelques semaines, son site d’annonce en ligne.


INTERVIEW: Aurèle SIMO, Fondateur Toovendi: « Je suis né entrepreneur, j’ai exercé beaucoup de petits métiers étant tout petit »
Aurèle SIMO – DR

Aurèle Simo est diplômé en Marketing à l’université de Dschang au Cameroun,  blogueur de passion,  spécialiste du e-commerce et du marketing digital, il est  à l’origine de plusieurs projets web au Cameroun. Il partage aussi à ses heures perdues, son expérience digitale à travers son blog aurelesimo.com et lors des conférences. Nous l’avons rencontré, il parle de son nouveau projet Toovendi.com le coin des bonnes affaires

Pouvez-vous nous présenter Toovendi.com ?  

Toovendi.com est un site d’annonces gratuites comme tous les autres, qui permet aux particuliers et aux entreprises de vendre et acheter des produits et services en ligne, mais aussi de recruter grâce à sa catégorie emploi, de trouver des biens immobiliers à acheter ou à louer. Le site est déjà ouvert au Cameroun, et nous comptons progressivement couvrir les 15 pays d’Afrique subsaharienne francophone (Bénin, Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Tchad, Togo, Guinée, Congo, RDC, Tchad, RCA, Guinée Equatoriale). Nous ambitionnons faire de lui le site le plus important en Afrique en termes de transactions et de satisfaction de ses utilisateurs.

Mais Toovendi n’est pas que cela. Car dans sa prochaine version sur laquelle notre équipe d’ingénieurs travaille actuellement, les entreprises auront la possibilité grâce à leurs comptes de publier leurs produits ou services, de publier des offres d’emploi et recruter directement sur Toovendi. Ils pourront aussi publier des communiqués sur leurs promotions en cours, de créer des événements, et bien d’autres encore. Quand on parle d’annonce, il ne s’agit pas que de produits. C’est l’erreur que beaucoup de porteurs de projet de petites annonces font. Même une idée peut être partagée sur un site d’annonces. Telle est notre vision des annonces classées gratuites, et nous restons convaincus qu’une fois mise en place, elle permettra à Toovendi de révolutionner le secteur des annonces en ligne en Afrique et même dans le monde.

Pourquoi le nom Toovendi ?

Le nom Toovendi vient du fait que notre plateforme permettra aux entreprises et aux particuliers de vendre leurs idées, de partager des informations, de vendre leurs services, et surtout, de vendre leurs produits pour les entreprises commerciales qui sont plus nombreuses. Il fallait que notre cible constituée de particuliers, d’entreprises et d’acheteurs sache que sur le site elle peut tout faire, qu’elle peut tout y trouver.  C’est en réfléchissant avec cette orientation de satisfaction client, et ce pendant plusieurs semaines que le terme Toovendi m’est venu à l’esprit, et je l’ai adopté.

Quand avez-vous décidé de vous lancer dans cette aventure ? Quel a été le déclic ?

Je suis né entrepreneur j’ai exercé beaucoup de petits métiers étant tout petit. Je suis également passé par plusieurs autres projets qui n’ont pas marché ces 10 dernières années. Quant au projet Toovendi, je le nourris depuis l’année 2015.  Et c’est après avoir arrêté de travailler avec mon dernier employeur que j’ai décidé de le faire renaitre de ses cendres. J’ai estimé qu’il était temps, après avoir cumulé suffisamment d’expérience en 05 années dans le secteur de poursuivre mes rêves d’entrepreneurs, car c’est les réalisations que je fais qui donnent un sens à ma vie.

Satisfait à ce jour après son lancement ?

Je dirais plus que satisfait du lancement. Au bout d’une semaine, nous avons traversé le cap de 2000 visites quotidiennes au Cameroun, ce qui fera une moyenne de 60.000 visites au bout du premier mois. Certes, la grande partie du travail est encore à faire, mais nous sommes aujourd’hui convaincus et encore que déterminés à faire de Toovendi une référence en Afrique et dans le monde.

Comment se fait la récolte d’annonces sur votre site ?

La récolte d’annonces sur notre site se fait de façon naturelle par les personnes qui découvrent le site. Nos équipes en interne aident également d’autres commerçants que nous prospectons et qui choisissent de saisir cette opportunité à mettre leurs annonces dans leurs comptes sur le site. Pourvu qu’elles soient de bonne qualité, au bon prix, et surtout disponibles en stock pour le cas des annonces-produit.

Il existe déjà un grand nombre de sites d’annonces, cela ne vous fait pas peur ?

Pas du tout ! Je ne le dis pas parce que j’ai travaillé avec la majorité de mes concurrents d’aujourd’hui non, mais parce que Toovendi dans sa version finale sera très différent des plateformes classiques de petites annonces. Notons qu’il y a aussi des pays relativement vierges en Afrique comme le Gabon où nous allons ouvrir dans les prochaines semaines, la RCA, le Tchad, etc. qui ont un bon potentiel de croissance et où nous comptons nous imposer.

Quels sont les défis que vous avez, ou que vous rencontrez jusqu’ici ?

Notre défi majeur c’est trouver des partenaires fiables qui ont de bonnes annonces, qui sont joignables en permanence et qui savent bien utiliser l’outil informatique. Car pour utiliser de façon optimale notre plateforme, ils devront être connectés en permanence sur PC et/ou mobile.

Vos perspectives avec Toovendi ?

Only sky is the limit pour Toovendi. Après le Cameroun nous passerons au Gabon comme je vous l’ai dit tantôt, puis à un troisième pays, et ainsi de suite. Il n’est pas exclus que nous allions à la conquête de l’Europe dans les années avenir en ouvrant Toovendi France par exemple. Juste pour vous dire que le projet est très grand, et l’équipe compétente et motivée.

© Entretien avec Yves Martial TIENTCHEU, Lebledparle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Présidentielle 2018 : Joshua Osih tacle Maurice kamto sur RFI

    Présidentielle 2018 : Joshua Osih tacle Maurice kamto sur RFI

    Présidentielle2018: Alors que des partis de l’opposition refusent la subvention de l’Etat, Joshua Osih et Cabral Libii disent oui !

    Présidentielle2018: Alors que des partis de l’opposition refusent la subvention de l’Etat, Joshua Osih et Cabral Libii disent oui !