in

Intégration des enseignants : Joseph Lé fixe le délai d’attribution d’un matricule aux lauréats des écoles normales à 3 mois

Joseph Le

Au lieu de 2 à 3 ans, voire plus, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) annonce que cette procédure va désormais durer 90 jours au Cameroun.

Joseph Lé
Joseph Lé (c) Droits réservés

Joseph Le annonce fixe de nouveaux délais pour l’attribution des matricules et des intégrations à la fonction publique camerounaise pour ce qui est du personnel enseignant. Concernant cette catégorie, le Minfopra indique « qu’au lieu de 2 à 3 ans, voire plus, le jeune lauréat sorti de l’ENS ou de l’Enset ne devrait plus patienter que pendant 45 à 90 jours, voire moins, pour se voir doter d’un numéro matricule et d’un acte d’intégration », a fait savoir le ministre au cours d’un point de presse le 5 avril à Yaoundé.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Un « général » séparatiste neutralisé au Nord-Ouest

Aussi, rassure le ministre Joseph Le, « la durée du parcours du dossier d’intégration du jeune lauréat d’une École normale supérieure, qui était de 25 à 30 mois, avant de nous parvenir au Minfopra, sera désormais d’à peine une journée ».

Le point de presse du Minfopra lui a également servi de prétexte pour faire le point sur les dossiers en cours de traitement depuis la survenue de la grève des enseignants. Le membre du gouvernement renseigne que 17 143 dossiers ont directement été reçus, donc plus du double attendu, 14 290 actes initiés. 9 176 actes ont déjà été signés, 2 338 projets de décrets transmis dans les services du Premier ministre, 4 855 matricules générés pour les enseignants nouvellement recrutés, 2 125 dossiers incomplets renseignés dans l’application Sigipes, 1 789 diplômes envoyés pour authentification préalable aux administrations et institutions qui les auraient délivrés.

Pour approfondir :   Assassinat du proviseur de Foumban : Le Sultan Njoya répond au ministre Ngalle Bibehe: «Ce crime n’est pas une mise en cause du vivre ensemble»

Signalons que les enseignants quant à eux, demandent l’automatisation des actes de carrière et le paiement intégral de leurs droits. Faute de quoi, ils observeront de nouveau une grève dès le 25 avril prochain.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Doctora

Une femme médecin kidnappée à Douala

Vincent Yede

« Les sexes tapes, c’est vous ! Tuer les enseignants c’est encore vous… », Le coup de gueule d’un cadre du PCRN aux élèves