in

Homosexualité : Les Etats-Unis volent au secours de « Shakiro » et appellent le gouvernement au respect des droits de l’homme

shakiro arrete

Quelques jours après la peine de 5 ans emprisonnement prononcée par le Tribunal de Première instance de Douala à l’encontre de ce célèbre transgenre, L’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé appelle au respect des droits de l’Homme.


shakiro arrete
Shakiro (c) Droits réservés

La représentation diplomatique du pays de l’oncle Sam au Cameroun, emboîte le pas à Human Rights Watch et vole également au secours de Shakiro. «Nous sommes préoccupés par la sentence de 5 ans de 2 femmes transgenres & par la hausse des arrestations de personnes LGBTQI+ au Cameroun. Il est essentiel que les gouvernements œuvrent pour que tous les individus jouissent librement des droits de l’homme et des libertés fondamentales», a publié le 14 mai 2021 par l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé sur Twitter.

{source}<blockquote class=”twitter-tweet”><p lang=”fr” dir=”ltr”>Nous sommes préoccupés par la sentence de 5 ans de 2 femmes transgenres &amp; par la hausse des arrestations de personnes LGBTQI+ au ??. Il est essentiel que les gouvernements œuvrent pour que tous les individus jouissent librement des droits de l&#39;homme et des libertés fondamentales.</p>&mdash; U.S. Embassy Yaounde (@USEmbYaounde) <a href=”https://twitter.com/USEmbYaounde/status/1393237559480881162?ref_src=twsrc%5Etfw”>May 14, 2021</a></blockquote> <script async src=”https://platform.twitter.com/widgets.js” charset=”utf-8″></script>{/source}

Washington apporte ainsi son soutien à Loïc Njuekam Midrel (Shakiro) et Roland Mouthe (Patricia). Ces 2 transgenres ont écopé de 5 ans de prison et de 200 000 d’amende pour «indécence publique, tentative d’homosexualité et défaut de possession de pièces d’identité» mardi dernier.  

Ils avaient été interpellés le 8 février dernier dans un restaurant de Douala par des forces de sécurité, puis placés en détention provisoire à la prison principale de la même ville.

La loi intransigeante

Le Code pénal en vigueur au Cameroun depuis le 12 juillet 2016 condamne l’homosexualité en son article 347, lequel stipule qu’«est punie d’un emprisonnement de six (06) mois à cinq (05) ans et d’une amende de vingt mille (20 000) à deux cent mille (200 000) francs, toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe». Une loi régulièrement remise en cause par les organismes de défense des droits de l’homme et les puissances occidentales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zambo Stats

Antonio Conceiçao : « Bien que Zambo Anguissa ne soit pas Messi ou Ronaldo, il a beaucoup de capacités à influencer un match »

bahebeck vincent debien mbock

Vincent Debien Mbock : « La définition de l’opposition telle que formulée par le Pr Bahebeck sur Vision 4 nous semble très extrémiste »