in

Grève des enseignants : Le gouvernement hausse le ton contre Équinoxe TV

Les pouvoirs publics lui reprochent sa ligne éditoriale « outrancièrement belliqueuse », qui s’active avec « véhémence dans l’apologie de la violence et de la déstabilisation ».

Plateau Equinoxe TV (c) Droits réservés

Le gouvernement envoie une mise en garde à la chaine de télévision privée, Équinoxe TV dans le cadre de la grève des enseignants qui bat son plein en ce moment au Cameroun. En effet, dans une lettre datée du 18 mars 2022 avec pour objet « incitations répétées à la révolte populaire », adressée au promoteur de ladite chaine de télévision, le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua regrette que « depuis plusieurs années », Équinoxe TV s’illustre par une ligne éditoriale « outrancièrement belliqueuse ».

L’administrateur civil dans sa lettre, à l’intention de Séverin Tchounkeu fait remarquer que la chaine bleue « s’active avec véhémence dans l’apologie de la violence et de la déstabilisation qui consiste à présenter ou à commenter des faits très souvent malicieusement déformés avec un cynisme déconcertant, en vue d’attiser les passions dans l’espoir de susciter la révolte contre les institutions républicaines », peut-on lire.

Pour approfondir :   Opération Épervier : Plusieurs voitures et d'importants sommes d'argent appartenant à Basile Atangana Kouna ont été saisis

Plus clairement, le gouverneur de la région du Littoral fait savoir qu’en date du 28 février 2022, au cours de l’émission « Droit de Réponse », l’un des panélistes, au terme d’une analyse « incongrue », a clairement « appelé les parents d’élèves à rejoindre le mouvement d’humeur des enseignants, l’objectif étant d’obstruer les efforts du gouvernement dans la recherche d’une issue heureuse à la crise ».

Rappelant que « la liberté d’expression est un sacro-saint principe qui contribue à la formation de l’opinion », Samuel Dieudonné Ivaha Diboua met Équinoxe et son promoteur en garde contre tout « récidive face à laquelle, la loi sera appliquée sans rigueur », car, ajoute-t-il, « lorsque le seuil de la provocation atteint l’intolérable, la liberté d’expression perd tout son sens ».

Pour approfondir :   Cameroun : L’Etat a remis 65 000 F CFA à chaque migrant rapatrié de Libye pour retourner à leur domicile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ngaoundéré : Un étudiant se noie au lac Tison

Nkom RDPC

Hervé Emmanuel Nkom se lance dans le cinéma