in

Maurice Kamto explique la raison de sa nomination en 2004

Maurice Kamto
Maurice Kamto président du MRC, candidat malheureux des élections 2018 (c) Facebook, Maurice Kamto

Maurice Kamto avait été nommé ministre délégué auprès du ministre de la Justice en 2004 avant de démissionner sept ans plus tard. Au cours de l’émission « Vous et nous » sur Vox Africa, le président national du Mrc s’est exprimé à ce sujet.

Maurice Kamto explique la raison de sa nomination en 2004
Maurice Kamto (c) Droits réservés

« La seule raison que j’ai trouvée pour expliquer ma nomination au gouvernement en 2004, c’est que techniquement, je détenais en main, le dossier Bakassi. La logique c’était qu’il fallait me donner le titre » a expliqué Maurice Kamto.

Selon le candidat à la présidentielle 2018, «il y a eu des échanges et on a dit qu’on ne peut pas me donner un poste aussi régalien que le ministre de la Justice. C’est pour ça qu’on a créé un poste de ministre délégué », a-t-il ajouté.

Il faut relever que l’avocat international, professeur agrégé en Droit, est connu pour avoir fait partie de la délégation camerounaise lors des négociations pour la rétrocession de la presqu’île de Bakassi, un territoire disputé avec le Nigéria voisin. N’ayant par le passé jamais milité dans aucun parti politique, il quitte la société civile en 2004 pour rejoindre comme technocrate le gouvernement en tant que ministre délégué auprès du ministre de la justice, nommé par le président Paul Biya. Il présente sa démission le 30 octobre 2011, une semaine avec la présidentielle.

En 2012, il crée le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(Mrc). Maurice Kamto participe pour la première fois à l’élection présidentielle le 7 octobre 2018 où il est déclaré 2ème après Paul Biya du Rdpc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Le souhait de Parfait Ayissi : « Que le public camerounais continue à me faire confiance et qu’il se détache un peu des débats inutiles du passé »

    Le souhait de Parfait Ayissi : « Que le public camerounais continue à me faire confiance et qu’il se détache un peu des débats inutiles du passé »

    Lutte contre la corruption : L’atelier d’évaluation régionale ouvre ce 12 mai