Cameroun : le gouvernement veut interdire certains produits d’importation

Dans une correspondance adressée le 28 mars 2019 au président du Groupement Interpatronal du Cameroun (GICAM), le ministère du commerce souhaite avoir la liste des produits à interdire à l’importation.

Importation - capture photo

D’après cette correspondance, le Premier Ministre, Chef du gouvernement, a demandé au Ministre du Commerce « de soumettre à sa haute sanction, dans les plus brefs délais, la liste des produits susceptibles d’être interdits à l’importation dans notre pays ».

Après avoir reçu cette instruction, le Ministre du commerce à son tour se rapproche du Gicam pour avoir la liste des produits à l’importation. « En vue de l’exécution diligente de cette haute directive, j’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir me transmettre les noms des produits que vous estimez devoir rentrer dans cette catégorie, au regard des données de la production nationale existante », écrit Luc Magloire Mbarga Atangana à Célestin Tawamba.

Le Mincommerce souhaite que cette liste lui soit acheminée de manière sécrète.

Cette action du gouvernement camerounais s’inscrit dans le cadre de la protection de la production et de l’industrie nationales, comme l’indique d’ailleurs la correspondance. Bien plus, cette correspondance est initié quelques jours après le conseil de cabinet du mois de mars qui a planché sur la réduction des importations du Cameroun.

Réduire les importations de grandes consommations du Cameroun. La préoccupation meuble les Conseils de cabinet depuis le début de l’année 2019. Si elle sonne comme une urgence, c’est que le Cameroun veut limiter sa dépendance de l’extérieur et booster la production locale. Au menu des travaux de ce jeudi, deux exposés.  Le premier porte sur la transformation industrielle des produits agricoles locaux.  Présenté par le ministre des Mines, de l’industrie et du développement technologique Gabriel Dodo Ndoke, il s’agit d’actionner trois leviers : institutionnel, opérationnel, et accompagnement.

Le 2e exposé, conduit par le ministre des PME, il met l’accent sur la nécessité d’impliquer le secteur privé national dans l’atteinte de l’objectif de réduction considérable des produits de grandes importations des biens et services du Cameroun. Notamment, le poisson, le riz et les produits laitiers. Il ressort de son exposé que les PME doivent jouer un rôle crucial dans la création de chaine de valeur. Selon Achille Bassilekin III, il faut que leur capacité soit renforcée, qu’elles aient un accès plus facile au financement. Mais aussi qu’elles bénéficient de la préférence nationale.