in

Fame Ndongo écarte les ministres de culte et les hommes en tenue du corps enseignant dans les universités d’État

jacques fame ndongrou

Dans une série de correspondances formulée à l’attention des huit recteurs des universités d’État du Cameroun, le ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup), Jacques Fame Ndongo veut s’assurer que ces institutions n’emploient plus en leur sein, des militaires, des policiers et des ministres de culte comme enseignants.

jacques fame ndongrou
Jacques Fame Ndongo (c) Droits réservés

Dans ces correspondances signées à la fin du mois de janvier, le chancelier des Ordres académiques constate que « certains enseignants permanents (…) appartiennent à d’autres corps des agents de l’État, notamment le corps des officiers d’active des Forces de défense et le corps des fonctionnaires de police. D’autres sont des ministres de culte de différentes obédiences religieuses ».

Pour le Minesup ces statuts sont non conformes à la règlementation en vigueur régissant les personnels du corps de l’enseignement supérieur ayant la qualité de fonctionnaire. Ledit texte, souligne le ministre, « pose comme principe que l’on ne peut appartenir qu’à un seul corps ».

De même, se remémore-t-il, le statut général de la Fonction publique de l’État dispose en son article 14 que « le recrutement ou le maintien dans les corps créés en application des dispositions du présent statut est incompatible avec la qualité de ministre de culte ».

Il revient au Conseil constitutionnel de se prononcer sur la constitutionnalité de cette disposition du statut général de la fonction publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    17273916 1406734862711388 208392971 o

    La rumeur d’une campagne de vaccination contre le Covid-19 fait trois blessés dans un collège à Koutaba

    Tiger Woods victime d’un grave accident de la circulation