in

Etats-Unis : Un nouveau message du président américain a enfreint les règles du réseau social

Trump

Twitter a ajouté un label dédié aux fausses informations à un tweet de Donald Trump, Il a été rendu inaccessible par défaut, sans toutefois avoir été supprimé.

 

Trump
Donald Trump (c) droits reservés

Ce 29 mai, un message de Donald Trump a été visé par les services de modération de la plateforme pour « glorification de la violence ». Pour la première fois, le 27 mai, Twitter a encadré un tweet du dirigeant américain d’une mise en garde à destination des internautes, en raison de fausses informations liées à une hypothétique fraude électorale en Californie, lors de la prochaine élection présidentielle.

Une nouvelle mise en garde du réseau social lié à un autre message de Donald Trump touchant les manifestations dans la ville de Minneapolis : « Ces voyous déshonorent la mémoire de George Floyd et je ne laisserai pas cela se produire. Je viens d’échanger avec le gouverneur Tim Walz et lui ai assuré que l’armée était à sa disposition. En cas de difficultés, nous reprendrons le contrôle mais si des pillages commencent, alors les tirs aussi » écrit Donald Trump à la suite d’un premier message jugé recevable par le Réseau social.  

Si un clic permet tout de même d’accéder à ce second message, il est par défaut dissimulé aux yeux des utilisateurs du réseau social, qui considère qu’il glorifie la violence… toutefois, la publication n’a pas été supprimée, contrairement à ce qui serait fait pour la plupart des autres utilisateurs. Un choix assumé par le réseau social, en raison de l’intérêt public de certains messages. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    t 046c1d16b4504d4f95742605e87e025c name protest scaled.jpgw1440 1

    Tension à Minneapolis : L’ONU veut un terme aux meurtres d’Afro-Américains par la police

    unnamed breda b

    Cameroun : Les cris de détresse de Brenda Biya depuis le Palais de l’Unité