in

Elections à la CAF : Patrice Motsepe vainqueur avant le déroulement du scrutin

Motsepe-Capture.JPG

Désormais seul candidat aux élections du 12 mars prochain à la tête de la CAF, le Sud-africain Patrice Motsepe sera sauf retournement invraisemblable de situation, le 8e homme à présider aux destinées du football continental.

Motsepe-Capture.JPG

À l’occasion d’une cérémonie célébrant l’unité africaine, en marge de la finale de la CAN-U20, Jacques Anouma, Augustin Senghor et Ahmed Yahya ont renoncé, samedi, à se présenter à l’élection du président de la CAF pour laisser le champ libre au milliardaire Patrice Motsepe.

Les quatre hommes étaient réunis dans la capitale de la Mauritanie Nouakchott pour assister à la finale de la CAN U-20.  Si sur le terrain, le Ghana a pris le meilleur sur l’Ouganda (2-0), le véritable évènement de la soirée s’est déroulé au centre des Congrès : une « cérémonie de l’unité africaine » pour sceller un consensus à la tête de la CAF.

 « Le football africain a besoin de sagesse collective, mais également du talent exceptionnel et de la sagesse de chaque président de chaque pays et de chaque association membre. C’est ce qui me donne confiance. Si nous travaillons ensemble avec l’expérience, le talent et la passion, le football en Afrique connaîtra une réussite et une croissance qu’il n’a jamais vécues par le passé. Pour cela, il a besoin de nous tous », a déclaré Patrice Motsepe dans des propos relayés par France 24.com.

Le rôle prépondérant de Gianni Infantino

L’ingérence du président de la FIFA tout au long de ce processus électoral est loin d’être passée inaperçue. Les scènes d’indignation observées ça et là n’ont pas pu empêcher Gianni Infantino de faire prévaloir sa toute-puissance. Le patron du football mondial s’est d’ailleurs félicité de sa gestion paternaliste samedi durant l’évènement tenu en marge de la finale de la CAN U20.

« Je suis heureux que la FIFA ait pu contribuer, ne serait-ce qu’un peu, à ce moment crucial pour le football sur ce grand continent », a-t-il déclaré. « L’accord obtenu par les candidats est un signal fort pour l’Afrique, également pour le monde. L’Afrique est présente et constitue un acteur essentiel pour l’avenir du football mondial. C’est également le signe de l’unité et de l’engagement d’amener le football africain au plus haut niveau, c’est-à-dire à la place qui est la sienne. ». La place de Patrice Motsepe à la tête de la CAF au sera entérinée au terme de l’Assemblée élective du 12 mars 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Maroc songe à renoncer à l’organisation de la CAN U17

le 9 mars 2021

Cameroun : La revue de presse du mardi 9 mars 2021