in

Dieudonné Essomba : « Je ne suis pas certain que Kamto veuille voir sortir ses militants un jour »

Essom

Sur le plateau de Club d’Élites hier dimanche 27 décembre 2021, Dieudonné Essomba a suggéré au gouvernement de ne plus prêter attention au président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(Mrc).

Essom
 Dieudonné Essomba (c) Droits réservés

Le lendemain de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 au Cameroun a permis d’accroitre la réputation du Pr Maurice Kamto à travers son « holdup électoral », clamant que la victoire lui « avait été volée » par le candidat du Rdpc, au pouvoir.

Après une manifestation, le leader du Mrc nombreux de ses militants aveint été interpellés en fin janvier 2019 puis incarcérés à la prison centrale de Kondengui, pour la plupart, pendant au moins neuf mois avant de bénéficier de la grâce présidentielle le 4 octobre de la même année, le jour que se refermait le dialogue national. Depuis lors, l’homme de Droit est sous surveillance chaque fois qu’il se déplace à une occasion programmée.  

Pour approfondir :   Le père de Valsero aurait été menacé à cause du soutien de son fils à Kamto

Or, pour Dieudonné Essomba, cette grande mobilisation des hommes en tenue autour de Maurice Kamto n’est pas nécessaire : « Je demanderai » au gouvernement de le considérer comme une personne marginale. S’ils veulent libérer les enfants, qu’ils le fassent. Kamto est devenu un boulet pour son propre parti », a suggéré l’économiste sur Vision 4 hier.

Au sujet de la lutte pour la libération des « prisonniers politiques » du Mrc, le consultant médias est formel : « On ne va passer la vie à attraper les gens et les mettre dehors », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « l’action de Kamto va durcir le gouvernement. Il condamne ses militants ».

Pour approfondir :   Officiel : Paul Biya augmente encore les salaires des fonctionnaires

Dans la même veine, Dieudonné Essomba estime que la démarche de Maurice Kamto ne saurait défier le système en place : « Je ne suis pas certain que Kamto veuille voir sortir ses militants un jour. Car il connaît ce système. Il sait qu’ils attendent des négociations, des conciliations. Et il sait qu’en tonnant, ils vont cogner plus fort. C’est comme ça que le système Biya fonctionne », a-t-il analysé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cyrille Atonfack N

[Tribune] : Fin d’année 2021 et nouvel an 2022 : sachons rester lucides et vigilants

Bidounger

Saint Eloi Bidoung : « Le professeur Kamto est dans un mauvais rôle »