in

Décès d’Alim Hayatou : Les condoléances de Maurice Kamto

Décès d'Alim Hayatou : Les condoléances de Maurice Kamto

Au lendemain du décès du secrétaire d’Etat, auprès du ministre de la santé, chargé des épidémies et des pandémies, Alim Garga Hayatou, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a exprimé ses condoléances à la famille du défunt.


Décès d'Alim Hayatou : Les condoléances de Maurice Kamto
Alim Garga Hayatou – DR

Maurice Kamto retient du président de l’association des chefs traditionnels du Cameroun un haut commis de l’Etat gentil. « J’ai appris avec tristesse le décès de M. Alim HAYATOU, Secrétaire d’Etat à la santé. Je salue la mémoire d’un haut responsable de l’Etat d’une gentillesse particulière. J’adresse mes condoléances à sa famille ainsi qu’à la communauté de Garoua dont il était aussi le lamido », écrit l’homme politique sur les réseaux sociaux le mardi 6 avril 2021.

Le corps du défunt Lamido de Garoua  a été acheminé ce mardi matin à Garoua où auront lieu les obsèques officielles décrété par le président de la République quelques heures après son décès. Le chef de l’Etat est représenté par le ministre de la santé, le Dr Manaouda Malachie.

Pour rappel, l’inspecteur du trésor a été pendant presque 25 ans secrétaire d’Etat, auprès du ministre de la santé (1996-2021). En l’espace d’un mois, il est le deuxième membre du gouvernement Dion Nguté Joseph qui quitte cette terre, après Adoum Gargoum, ministre délégué auprès du ministre des relations extérieures, chargé des relations avec le monde islamique, mort le 8 mars 2021. Il était membre de la grande famille Hayatou de Garoua.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Mobilisation pour le Code électoral : Les non-dits du business

    Mobilisation pour le Code électoral : Les non-dits du business

    Décès de Christian Tumi : L’hommage de Fo’o Sokoudjou Chendjou II

    Décès de Christian Tumi : L’hommage de Fo’o Sokoudjou Chendjou II