in

Crise anglophone : deux militaires assassinés à Bamenda, quelques jours après la visite de Joseph Dion Nguté

MILITAIRES CAMEROUN

Deux soldats Camerounais ont été tués ce mercredi 15 mai 2019 à Mile 8, un quartier de Mankon (Bamenda), capitale régionale du nord-ouest a appris Lebledparle.com de sources sécuritaire et communautaire concordantes.


MILITAIRES CAMEROUN
Militaires – capture photo

« Trois de nos camarades ont été pris pour cible par les balles. Deux sont morts. Un a réussi à s’échapper », a rapporté notre source qui a souhaité garder l’anonymat.

L’information est confirmée par une source communautaire. Selon un habitant de Mile 8, les militaires étaient en civil, « les militaires ne portaient pas leurs tenues. Ils étaient tous en civil sans aucune arme. Ils sont allés faire du sport à la station-service et revenaient à leur base en vélo lorsqu’ils ont été pris pour cible », poursuit un habitant de Mile 8.

Pour approfondir :   Cameroun-Crise anglophone : Le gouverneur prolonge le couvre-feu dans la région du Nord-ouest

L’assassinat des deux soldats qui intervient quelques jours après le séjour du premier ministre dans la région, n’a pas encore été revendiqué. Il est attribué aux Ambaboys (entendez combattants de l’Ambazonie ) qui affrontent l’armée dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest depuis la proclamation symbolique d’indépendance d’octobre 2017.

D’après des sources médiatiques, l’on dénombre au moins 300 éléments des forces de sécurité et de défense (policiers, gendarmes et militaires) ont déjà perdu la vie dans le conflit qui secoue les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest.

Pour approfondir :   [Tribune] Affaire CNI : Rolande Ngo Issi adresse une lettre ouverte à Martin Mbarga Nguelé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dion ngute joseph

Crise anglophone : « Joseph Dion Ngute est finalement l’homme de la situation » (Opinion)

Dion ngute joseph 1

Chronique : « le spectacle auquel se livre le pouvoir est tout, sauf une volonté de dialoguer »