in

Coupable du meurtre de sa mère après la reconstitution des faits, Landry Batek regrette : «Ce n’est pas moi-même qui fait ça, c’est un esprit qui me possède»

La culpabilité du diplômé de l’Enam âgé tout juste de 23 ans, a été prouvée à la suite d’une reconstitution des faits des éléments de la Gendarmerie national, exposée à la presse ce 15 avril 2024.

Batek Yebel
Feu Ngo Yebel et son fils-Droits réservés

C’est le temps des regrets pour Landry Batek, bourreau de sa propre génitrice, qu’il a froidement assassiné le 6 avril 2024. Présenté à la presse ce 15 avril 2024 en même temps que la reconstitution des faits qui démontre sa culpabilité, le jeune homme affirme avoir agi sous l’influence d’une force supérieure. « Ce n’est pas moi-même qui fait ça, c’est un esprit qui me possède (…) Tous les jours dans ma cellule je pleure, je ne suis pas fier de moi », a-t-il déclaré au micro des journalistes.

Selon les informations issues de la reconstitution des faits des éléments de la Gendarmerie nationale, Louisette Ngo Yebel a été tué le 6 avril 2024 par le fruit de ses entrailles. Tout est parti d’une dispute entre la maman et son fils ce soir du 6 avril au domicile de ce dernier. La femme reprochait à son garçon d’avoir fait disparaître le mobilier de son domicile qu’elle venait de lui acheter. Ngo Yebel a menacé de ne plus s’occuper de lui, s’il ne ramenait pas ledit mobiliers. Landry Batek Yebel a alors prétexté que les meubles qu’elle cherchait se trouvait dans la chambre. Pendant que sa mère s’y rendait, il l’a suivi et l’a étouffé à l’aide d’une taie d’oreiller, apprend-on.

Pour approfondir :   Enquête : Enjeux et acteurs de la nouvelle cabale contre Tombi A Roko

Deuxième assassinat en quelques mois

Après avoir commis son forfait, Landry a découpé le corps de Louisette grâce à une scie et a pris le soin de ranger les différentes parties dans deux valides qu’il ira jeter dans un ruisseau du quartier Etoa-Meki. Landry Batek est un meurtrier récidiviste. Toujours selon les informations de la Gendarmerie, il est l’auteur de l’assassinat de sa grand-mère survenu en novembre 2023.

Sylvie Louisette Ngo Yebel était journaliste de formation et communicante. Elle était expert en communication à Commission des Forêts d’Afrique Centrale (Comifac) depuis février 2019. Elle a aussi été responsable de la communications chez TRAFFIC Afrique Centrale entre septembre 2012 et novembre 2016. Sa disparition a provoqué de l’émoi tant dans son milieu professionnelle où elle est présentée comme une activiste environnementale, que dans sa famille.  

Pour approfondir :   Cameroun : Le MRC et Cie annoncent une « marche pacifique » hebdomadaire jusqu’à nouvel ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modzom

Le Pr François Marc Modzom suspend les enseignements dans une classe de l’ESSTIC pour indiscipline « collective caractérisée »

Onana Dumfries

André Onana regrette-t-il son départ de l’Inter? Le gardien s’est prononcé lors d’une visite en Italie