in

Chronique : Covid-19 et la gestion irrationnelle du financement au Cameroun

Albert Ze Crtv

Dans une tribune publiée sur la toile, l’économiste de la santé parle de la gestion irrationnelle du  financement au Cameroun à partir de la Covid-19. Il pense que l’argent énorme mobilisé pour cette pandémie aurait pu servir autrement.


Albert Ze Crtv
Albert Zé – capture photo

Une crise sanitaire est une source de conséquences négatives et positives. La crise peut alors être un avantage ou un inconvénient.

A cet effet, pour tirer profit d’une crise sanitaire, les acteurs en charge de la riposte doivent avoir un objectif double:

– Le premier est de protéger le pays contre les coûts financiers liés au fardeau imposé par la crise. Ceci signifie que les responsables doivent minimiser les dépenses de manière à prioriser les activités à très fort impact;

– Le deuxième est de maximiser les profits offerts par les opportunités engendrées par la crise.

L’atteinte de ces 2 objectifs vise à annihiler les impacts socioéconomiques de la crise dans le pays.

Cependant, la gestion du covid19 au Cameroun s’éloigne logiquement de ce programme optimal. Tout porte à croire que les dirigeants en charge de la riposte au pays n’ont pas pour intention de protéger le pays contre les coûts financiers liés à la crise.

Pour approfondir :   [Tribune] Personne ne veut combattre le racisme dans le football !

Les dépenses engagées dans la gestion de la crise sanitaire covid19 suivent une tendance significativement irrationnelle avec une majeure partie du financement consacrée à des dépenses inappropriées et inutiles. Par exemple, environ 6 milliards FCFA ont été utilisés pour la mise en place des centres d’isolement qui n’ont pratiquement pas servis.

De façon globale, la dépense totale d’environ 22 milliards (communiqué radio-presse du 29 juillet 2020) pouvait être suffisamment minimisée à environ 10 milliards FCFA. Ce qui signifie que la gestion irrationnelle du financement a fait perdre au pays environ 12 milliards FCFA. La principale raison est inévitablement le mauvais plan de riposte.

Pour approfondir :   Bomo Ntimbane à Guilhou : « Les camerounais veulent voir la France retirer son soutien aveugle et tacite au régime de Yaoundé »

De plus, d’après les statistiques,  covid19, dans notre environnement n’est rien d’autre qu’une banale maladie que l’on peut contracter et guérir. Avec un taux de mortalité de 0,001%, le covid19 ne figure pas dans la liste des maladies dangereuses pour la santé des camerounais. D’où la question de savoir:

Pourquoi consacrer plus de 200 milliards en un an à une maladie dont l’incidence est négligeable?

Monsieur le Président, les priorités sanitaires du Cameroun sont ailleurs, il est encore possible d’arrêter cette saignée.

Albert ZE, Economiste de la santé, Fondateur de l’Institut de Recherche pour la Santé et le Développement (IRESADE).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mincommerce ITW

Rentrée commerciale 2020 : Des denrées alimentaires associées aux manuels scolaires

maurice kamto mrc 1

Marches du 22 septembre 2020 : Les experts des droits de l´homme de l´ONU demandent la libération de Maurice Kamto