in

Christian Bomo Ntimbane : « Le député de la nation incarne l’autorité de l’Etat au même titre que le président de la République »

Dans un texte publié sur Facebook, l’Avocat revient sur l’affaire du député Adèle Rolande Ngo Issi, donc la vidéo a circulé sur la toile, comme l’avait rapporté Lebledparle.com.

Rolande Ngo Issi

Le juriste demande du Dgsn de sanctionner les agents de police qui ont porté atteinte à l’honorabilité du député de la nation, Rolande Ngo Issi. « La Société Civile des Réconciliateurs demande à cet effet à Monsieur le Délégué Général à la Sûreté Nationale, Monsieur Mbarga Nguele,  reconnu pour la préservation de la belle image de la police Camerounaise, et pour  son sens élevé du respect de l’autorité de l’Etat et des institutions, de sanctionner à sa juste mesure ces policiers qui ont piétiné une institution républicaine », écrit-il.

Ci-dessous, l’intégralité de la réaction l’acteur de la société civile

Dénonciation  et condamnation de l’agression d’un député de la nation dans une unité de police de douala.

Ces images d’une député de la nation agressée verbalement et filmée contre son gré, puis publiés sur Facebook pour l’humilier, sont inadmissibles et intolérables  dans un État de droit.

Pour approfondir :   Marcel Niat Njifenji : « Le Cameroun est debout et il le restera »

Le député de la nation incarne l’autorité de l’Etat au même titre que le président de la République conformément à l’article 4 de la constitution.

 » L’autorité de l’État est exercée par le président de la République et le PARLEMENT »

On ne s’adresse pas à un député comme si on s’adressait à un vulgaire voyou.

Par ailleurs, le commissariat est un service public où la bienséance envers les usagers est une règle cardinale.

La Société Civile des Réconciliateurs demande à cet effet à Monsieur le Délégué Général à la Sûreté Nationale, Monsieur Mbarga Nguele,  reconnu pour la préservation de la belle image de la police Camerounaise, et pour  son sens élevé du respect de l’autorité de l’Etat et des institutions, de sanctionner à sa juste mesure ces policiers qui ont piétiné une institution républicaine.

Pour approfondir :   Me Claude Assira : « Me Tchoungang sait qu’il a peu de manœuvres pour la défense de Jean Pierre Amougou Belinga »

Cela servira d’éducation civique  à tous ceux qui banalisent l’autorité des parlementaires, pourtant  les seuls représentant avec le président de la République de la souveraineté du peuple camerounais conformément à l’article 2 de la constitution :

« La souveraineté nationale appartient au peuple camerounais qui l’exerce soit par l’intermédiaire du président de la République et des MEMBRES DU PARLEMENT… »

Christian Ntimbane Bomo

Société Civile des RECONCILIATEURS.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abe Claude Club elites

Claude Abé sur Vision 4 : « Chacun devra rentrer chez lui »

Abe Claude V4

Ludovic Lado lance une pétition pour la révocation de Claude Abé de l’UCAC