in

Alfred Meyong se prononce sur son trop plein d’enthousiasme durant l’exécution de l’hymne nationale lors du match d’ouverture

Meyong chan

L’international camerounais A’ dont l’attitude pendant l’hymne national du Cameroun avant le match contre le Zimbabwe a fait le tour des réseaux sociaux s’est expliqué chez nos confrères de Lionindomptable.net.


Meyong chan
Lions A’ au match d’ouverure du CHAN 2021 (c) Droits réservés

Le milieu de terrain de Stade renard de Melong a fait parler de lui quelques minutes avant le coup d’envoi du championnat d’Afrique 2021. Au moment de l’exécution de l’hymne national de son pays, Alfred Meyong a chanté de manière expressive et enthousiaste les paroles de cette musique patriotique. Un comportement qui a intrigué plus d’un camerounais. « C’était une manière pour moi de me surmotiver parce que c’était un moment important dans ma carrière », a-t-il indiqué à Lionindomptable.net.

Motivé avant la rencontre, Meyong l’a également été tout au long de la partie tant il a multiplié les efforts sur le plan défensif et offensif. N’eut-été son manque criard de lucidité devant les buts, le footballeur de 29 ans aurait pu ouvrir son compteur buts dès l’entame la compétition. Son manque de réussite, il compte le rectifier lors des prochains matches de la compétition. « Pour la suite, je compte encore faire plus que ce j’ai fait hier (samedi 16 janvier, NDLR) et j’implore le bon Dieu qu’il puisse me donner plus de réussite parce qu’hier. J’ai un peu manqué. J’espère que ça ira pour le prochain match. »

Après leur victoire 1-0 face au Zimbabwe, le Cameroun a l’occasion de valider son ticket pour le tour suivant demain lors de sa seconde sortie face au Mali. Une nouvelle occasion pour Alfred Meyong de trouver le chemin des filets. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bepanda Stadium

Les causes de la panne électrique survenue au stade de la Réunification de Bépanda

fridolin nke a

Fridolin Nké : « Je serai la dernière victime des crimes d’État contre les intellectuels du Cameroun »