in

Cameroun : La revue de presse de ce mardi 23 juin 2020

le 23 juin 2020

Chers abonnés c’est avec beaucoup de plaisir que nous vous retrouvons une fois de plus ce matin pour vous servir votre revue de presse. Bonjour et bienvenus ! L’actualité en kiosque revêt une coloration à la fois sanitaire et politique.

le 23 juin 2020
Quelque Unes en kiosque ce matin (c) Droits réservés

En politique, découvrons les quatre vies de Jean De Dieu Momo, actuel ministre délégué à la justice. Parlant de ce qu’il qualifie de « tourisme politique », le quotidien Le Messager regrette les positions politiques actuelles du président du PADDEC. « Dans sa transhumance idéologique calculée, l’opposant farouche du Renouveau d’hier, appelle à éterniser Paul Biya et toute sa descendance à la magistrature suprême », écrit le journal de feu Pius Njawé. C’est un dossier à lire dans les pages 4 et 5, édition de ce matin.

Le Paysan Infos nous présente ce matin, Louis Paul Motazé, ministre des Finances comme étant un homme « dangereux » qui « trahit » régulièrement Paul Biya et le RDPC dans le Sud en général, et dans le Dja et Lobo en particulier. D’après le journal de Pappy Owoutou, cet homme qui a tout eu du chef de l’État, « présente aujourd’hui des signes visibles et un caractère haineux vis-à-vis de l’entourage de Paul Biya ».

« Le gré à gré n’est pas une pratique de succession démocratique ». Les propos sont du Dr Ahmadou Sehou dans une interview accordée à l’hebdomadaire Tribune d’Afrique de Faustin Njikam. Dans cet entretien que vous retrouverez dans le journal, l’analyste politique et enseignant d’histoire à l’université de Maroua décrypte l’actualité politique au Cameroun non sans jeter un regard sur « les petits partis politiques » de l’opposition évoquant dans la même ligne, l’avenir du parti au pouvoir, le RDPC. L’enseignant milite aussi pour l’institution du poste de vice-président dans la constitution camerounaise.

Pour approfondir :   Des cadres de l’Assemblée nationale renvoyés sur les bancs

La Nation est préoccupée par ce qui est désormais perçu comme un « crash » de la compagnie aérienne nationale, Camair-Co.  « L’exploitation de la compagnie est suspendue. La flotte est quasi-inexistante, et le personnel est désormais en congé techniques ». Des situations qui poussent notre confrère à s’interroger ce matin : Camair-co, déjà les funérailles ? Le dossier exclusif est à lire dans les colonnes de La Nation.

Émergence parle lui aussi de l’affaire Camair-co dans sa grande Une ce matin, et nous apprend tout simplement ce matin le personnel de cette entreprise visé par la mise en congé technique rejette en bloc, la décision du chômage technique que veut leur imposer le DG.

Le Jour de ce jour nous conduit à la douane. Le quotidien bleu d’Haman Mana indique que la mise sur pied du nouveau système informatique dans ce secteur d’activité va entrainer des révolutions notoires.

Autre information en kiosque ce mardi, c’est sur le coronavirus. L’Économie de Thierry Ekoutti nous renseigne ce matin que les partenaires stratégiques du Cameroun lui ont apporté un appui au développement de sa stratégie de riposte au Covid-19. Selon le journal, cette action va s’étendre sur une durée de 3 ans et coutera 479,3 milliards de FCFA.

Terminons avec Mutations qui évoquent « les opportunités Covid-19 » sur l’émergence 2035. « Le gouvernement avoue que cette pandémie constitue une chance pour revisiter notre modèle économique question de le rendre compatible avec l’ambition de l’émergence », lit-on

Très chers abonnés de la revue de la presse, heureux de vous avoir servi. Portez-vous bien et à demain s’il plait à Dieu !

{module Revue de presse sponsor}


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

100% de passe réussies : La performance de Zambo Anguissa lundi soir en Liga force le respect

Paul decret

Cameroun : Paul Biya révoque un enseignant de l’Université de Buea