in

Cameroun : La première réaction de Maurice Kamto après la sortie de prison de Mamadou Mota

Motazer

Le premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun(MRC) est sorti de la prison centrale de Yaoundé aux premières heures de vendredi 5 février 2021.

Motazer
Mamadou Mota (c) Droits réservés

Arrêté le 1er juin 2019 puis accusé de « rébellion en groupe » dans le cadre des manifestations de son parti politique contre le régime de Yaoundé, Mamadou Mota n’avait plus recouvré sa liberté.

L’homme politique est désormais libre de tout mouvement depuis les premières heures de ce vendredi. Sa sortie de prison après près de deux ans ne peut qu’émouvoir ses camarades de parti, aux rangs desquels, le leader Maurice Kamto.

« C’est une joie que nous ne pouvons pas dissimuler. Même si cette joie nous laisse un arrière-goût d’amertume parce qu’il sort de prison, en laissant derrière lui, de nombreux autres camarades et amis politiques du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Mais, il est là, et je pense que nous avons lieu de nous en réjouir » a confié le candidat classé 2ème à la présidentielle du 7 octobre 2018.

https://www.youtube.com/watch?v=8fnZVEgM9F4

Pour Maitre Hippolyte Meli Tiakouang, le porte-parole du Collectif d’avocats, chargés de défendre les militants et sympathisants du MRC emprisonnés, « C’est un soulagement pour le collectif, Mamadou Mota vient de sortir des geôles après y avoir passé un séjour de presque 20 mois. Il a traversé des étapes très dures. Après la traversée, de ce qu’ils ont eux-mêmes qualifié de la haie d’horreur de la torture, torture à la fois policière, administrative et judiciaire, il se trouve en fin libre. Le vice-président Mamadou Mota n’a pas eu droit à un procès équitable. Déjà il n’avait aucun fait contre lui. La procédure contre lui était cavalière, cette procédure n’a respecté aucune forme juridique », a-t-il confié à notre à la presse.

Pour rappel, le premier vice-président du parti d’opposition n’avait bénéficié du droit de grâce du président Paul Biya pour avoir été impliqué ans la mutinerie éclatée au prison de Kondengui le 22 juillet 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

envoye sp nigeria inter 04.02.2021

Elections à l’Union africaine : Muhammadu Buhari sollicite le soutien de Paul Biya

32849hr 592x296 1553510600

Edgard Alain Mebe Ngo’o victime d’une violente agression à Kondengui