in

Cameroun : La Police redoute les attaques séparatistes au sein des églises catholiques dans cinq régions

Policeman

C’est ce qui ressort du message porté en date du 10 février 2021, adressé à tous les responsables des unités opérationnelles de la police par le délégué général à la Sûreté nationale (DGSN) et exploité par StopBlaBlacam.

Policeman
Police nationale (c) Droits réservés

Le message de paix de Son Eminence Pietro Parolin à Bamenda lors de son séjour d’une semaine au Cameroun est-il tombé dans les oreilles des sourds ? C’est la question que l’on est tenté de se poser au moment où survient le message de Martin Mbarga Nguelé.

En effet, dans un message porté exploité par notre confrère, Lebledparle.com apprend que des combattants séparatistes de la crise anglophone « planifieraient » des attaques dans les églises catholiques des régions du Centre, du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest alors que l’émissaire du Pape François, s’est dit venu au Cameroun, « porteur d’un message de paix ».

Pour approfondir :   Sylvain Dzefack, le vendeur d'œufs en veste "dort maintenant dans les poubelles"

Les plans de guerre aussitôt tombés, le délégué génal à la Sureté nationale(DGSN) a interpelé ses unités à qui il demande de travailler en symbiose avec les autres forces de défense « en vue de contrecarrer ces projets macabres », relaie StopBlaBlacam.

 Pour éviter toute surprise désagréable, le patron de la police instruit l’intensification du renseignement prévisionnel, le renforcement de la sécurité autour des édifices portant la marque de l’Eglise catholique et une fouille systématique des colis aux différentes entrées pour détecter d’éventuels cas suspects.

Pour approfondir :   Ebolowa : fête de la tabaski sous fond de résolution de crises

Pour rappel, c’est depuis le mois de novembre 2016 que débute ce qu’il convient d’appeler aujourd’hui, la crise anglophone.

Malgré le Dialogue national tenu entre le 30 septembre 2019 et le 4 octobre de la même année et de nombreux appels à déposer les armes, du sang coule encore…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Biya Paul discours p

[Tribune] Sport, jeunesse et insertion : la nécessaire conciliation

Sam Mbaka Cyrille

[Tribune] Cameroun : Le temps des désillusions