in

Cameroun : Joseph Dion Nguté fait le point quatre jours après la reprise des cours

Dion Cam N

Quatre jours après a reprise des classes au Cameroun, Joseph Dion a présenté l’évolution du coronavirus au terme d’une réunion interministérielle par visioconférence tenue ce jeudi 4 juin 2020.

Dion Cam N
Joseph Dion Nguté (c) Droits réservés

Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour au cours de la rencontre en ligne entre le Premier ministre Joseph Dion Nguté et ses ministres ce 4 juin : l’évolution de la Covid-19 sur le triangle national, le compte rendu du déroulement de la reprise des cours dans les différents ordres d’enseignement et l’état d’avancement du rapatriement des Camerounais encore bloqués hors du pays.

Pour ce qui est du premier point, il se révèle que le Cameroun enregistre 6789 personnes testées positives au coronavirus dont 4565 guéries et 203 décès.

Pour approfondir :   Cameroun : Petit Pays est programmé au Festi-bikutsi 2016

En ce qui concerne la reprise des cours, le communiqué renseigne qu’elle a été effective sur toute l’étendue du territoire depuis le 1er juin 2020. En amont les mesures barrières telles que le port du masque, le lavage des mains et la distanciation sociale sont la chose la mieux partagée par les apprenants et les encadreurs.

Quant à l’avancement des diligences relatives au rapatriement des compatriotes encore bloqués à l’étranger, Lejeune Mbella Mbella, le ministre des Relations extérieurs a rassuré que « le processus de rapatriement du troisième contingent est enclenché et va se poursuivre le long des semaines à venir ».

Pour approfondir :   Morts des quadruplés à l’Hôpital central de Yaoundé : La jeune mère bredouille se morfond, le personnel sanitaire se dédouane


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bernardo Cam

Cameroun : A la suite d’une série de tragédies dont le journaliste Samuel Wazizi, Tchoutang Bernard appelle à une indignation populaire

Hommge Georges.JPG

Le film de l’hommage à Georges Floyed, l’Afro-américain tué par le policier Blanc