in

Cameroun : Jean Pierre Amougou Belinga réagit à la libération d’Ernest Obama

Obam Vision

Le président directeur général du Groupe L’Anecdote a rompu son silence cinq jours après la libération « provisoire » de son ancien employé Ernest Dieudonné Obama Nana.

Obam Vision
Jean Pierre Amougou Belinga & Ernest Obama (c) Droits réservés

Il a fallu quelques jours à Jean Pierre Amougou Belinga pour se reposer dans son Nkoumadjap natal en compagnie de ses épouses après le coup subi avec la désormais affaire Ernest Obama.

De retour de son village natal, le Zomlo’o a tenu ce mardi 30 juin 2020, une réunion avec ses collaborateurs au siège de l’entreprise au quartier Nsam à Yaoundé pour remettre les choses au clair.

Interrogé par sa télévision Vision 4, l’homme d’affaires est resté ferme sur sa décision à mettre dans les geôles, l’ancien présentateur du programme Club d’Elites en dépit des rumeurs qui justifiaient sa libération par l’intervention du premier magistrat camerounais et celle d’une ancienne gloire du football.

Pour approfondir :   Municipales et législatives 2020 : Le vote et le boycott étaient communautaristes d’après le Manidem et l’UPC

« Le crime ne restera pas impuni.  Ça doit être valable pour tout le monde et je vais le faire condamner. Parce que si on ne le fait pas, ça veut dire qu’il n’a rien compris », a réitéré le pape des médias.

Au contraire, loin d’avoir subi une influence quelconque, le patron de Vision Finances a « voulu éviter que les gens l’attaquent là-bas en prison et que l’on parle d’un autre Bibi Ngota », a précisé le patriarche.

Pour approfondir :   Cameroun: Interdits d’utiliser le téléphone aux heures de cours, les enseignants de l’Ouest vont protester

Ci-dessous la séquence vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=XhRBqW7RQyM


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le 1 juillet 2020

Cameroun : La revue de presse de ce mercredi 1er juillet 2020

Tuile Chantal Roger

Cameroun : Chantale Roger Tuile écroué à la prison centrale de Kondengui