in

Cameroun : Cabral Libii évoque ses souvenirs au parti Univers

Cabral

A quelques mois du début des élections municipales et législatives, Cabral Libii fait un flash-back sur le parti du Pr Nkou Mvondo qu’il représentait à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018.

Cabral
Cabral Libii  (c) Droits réservés

Cabral Libii était l’invité politique au poste national de la Crtv en cette matinée du 15 octobre 2019. Au cours de l’échange avec Mathieu Kemgho, il a répondu à des préoccupations relatives à la vie politique.

D’entrée de jeu le juriste revient sur ses attentent du parti Univers qu’il représentait à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018.

 « J’ai travaillé avec un parti politique à la présidentielle. J’avais même simplement souhaité occuper une fonction technique, en réalité de secrétaire général dans cette formation. Bon, mon souhait n’a pas prospéré dans cette formation politique », regrette l’initiateur du Mouvement 11 millions des jeunes.

 N’ayant pas atteint ses objectifs, Cabral Libii s’est tourné vers d’autres horizons : « Il ne restait plus que l’hypothèse de création. D’ailleurs je n’en ai pas créé. Celui que j’ai créé n’a pas été validé », a-t-il reconnu.

Président du PCRN depuis le 11 mai 2019, l’ex allier du parti Univers reconnait que même si ses relations avec le parti du Pr Nkou Mvondo ne s’inscrivent plus dans le cadre politique, ils travaillent sur d’autres préoccupations.

Pour approfondir :   Dieudonné Essomba tacle Owona Nguini : « Ces ‘’historiens’’ dont la carrière et les ressources dépendent du Gouvernement unitaire »

« Nous sommes nouveaux dans le jeu politique. Je suis entrée en politique l’an dernier. J’ai travaillé avec un parti politique avec lequel je ne suis plus en partenariat strictement politique mais on travaille sur d’autres questions », souligne le journaliste.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b

Ebolowa : Des unités de production de pavés écologiques en gestation

Libii

Cabral Libii : « Notre souhait c’est d’avoir la moitié des sièges à l’Assemblée nationale »