in

Une fausse alerte annonçant l’arrivée des « microbes » fait plusieurs morts à Douala

Les faits se sont déroulés dans la soirée du 1er janvier 2023, quartier Bonamoussadi

Microbes

Une fausse alerte aux microbes a créé la débâcle lors du bal de fin d’année organisé au sein du Groupe scolaire Le Marseillais le 1er janvier dernier dans la capitale économique du pays.

Selon des informations à lebledparle.com, deux adolescentes y ont trouvé la mort. L’on a également enregistré de nombreux blessés actuellement internés à l’hôpital de district du coin.

En effet, le Groupe Scolaire Le Marseillais, situé dans le cinquième arrondissement de la ville de Douala organise des bals dansants de jeunes adolescents les 24, 25, 31 décembre et 1er janvier. Plusieurs jeunes de cette circonscription s’y rendent en masse pour se distraire.

Sauf que cette fois, la fête a tourné au drame lorsqu’un jeune, de façon naïve, va lancer une alerte aux « microbes ». Selon des témoignages diffusés aux micros de nos confrères d’Equinoxe TV, des individus mal intentionnés auraient tenté d’agresser certains adolescents qui rentraient un peu plus tôt du lieu du bal.

Pour approfondir :   Avec la complicité de son frère, il drogue et viole ses cinq enfants mineurs

Ces derniers, après avoir échappé à cette tentative d’agression vont rentrer tous paniqués dans la salle de bal, histoire d’alerter leurs congénères encore dans la fête. Malheureusement, ils le feront de la mauvaise manière puisqu’ils vont crier «  les microbes, les microbes ». C’est cette fausse alerte qui va créer un vaste mouvement de panique et une grosse bousculade.

Au cours de ce heurt, plusieurs jeunes gens vont se faire marcher dessus et trois d’entre elles vont décéder malgré le fait d’avoir été conduit à l’hôpital de district de Bonamoussadi. Les victimes seraient des enfants âgés de 14, 15 et 16 ans.

Pour approfondir :   Seidou Mbombo Njoya fixe la date de l’élection du futur président de la Fecafoot

Un incident qui vient remettre au goût du jour l’insécurité grandissante dans la ville de Douala mais aussi les conditions d’organisation des bals dansants des jeunes adolescents pendant la période des fêtes de fin d’année.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banda Kani ABK

Banda Kani : « Le Cameroun n’est pas une dynastie ; nous ne sommes pas au Gabon »

Armand Noutack : « Calixte ne mène aucun combat »