in , ,

Un journaliste explique pourquoi le Tribunal militaire a renvoyé Amougou Belinga au SED

La décision de cette instance judiciaire de renvoyer Amougou Belinga et Cie pour « compléments d’enquêtes » interroge de nombreux observateurs.

Le directeur général adjoint de Vision 4, Bruno Bidjang a posé hier avec son patron Jean Pierre Amougou Belinga par ailleurs président du groupe de médias l'anecdote.
Le directeur général adjoint de Vision 4, Bruno Bidjang et Jean Pierre Amougou Belinga par ailleurs président du groupe de médias l'anecdote. (c) Facebook

Transféré au Tribunal militaire le 14 février 2023, l’homme d’affaires suspecté d’être le commanditaire du meurtre de Martinez Zogo a de nouveau été conduit au Secrétariat d’Etat à la défense (SED). Les sources dignes de foi font été d’une insuffisante d’éléments concrets pour l’inculpation de Jean Pierre Amougou Belinga. Les enquêteurs en charge du dossier, vont donc devoir creuser un peu plus comme l’indique le journaliste Alex Gustave Azebaze« La demande d’un complément d’enquête par le CG/TMY (Tribunal Militaire de Yaoundé Ndlr) ne me surprend pas. N’ayant pas supervisé l’enquête mixte, il me semble normal qu’il prenne qq (quelque Ndlr) temps pour s’imprégner du dossier transmis par les enquêteurs afin d’assurer une bonne caractérisation des suspicions pénales », a-t-il écrit sur son compte Twitter ce mercredi.

Pour approfondir :   Cameroun/Crise anglophone : Quatre civils abattus à Buea

Les enquêtes suivent leur cours

Il convient de rappeler que le patron Groupe L’Anecdote Jean-Pierre Amougou Belinga a été arrêté le lundi 6 février 2023 à son domicile. Ses collaborateurs Bruno Bidjang Directeur des médias du Groupe, le colonel en charge de sa sécurité Thomas Etoundi Nsoe ont aussi été interpellés. Dans la même veine, le Colonel Justin Danwe le responsable de la Direction générale du Renseignements ont aussi été appréhendés. Si certaines personnes à l’instar d’Ivana Bidjang et Ines Belinga ont été relâchés, les autres supra-citées sont toujours en exploitation.

Pour approfondir :   La gendarmerie nationale trouve un moyen pour diminuer les accidents nocturnes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Martinez Zogo forerver

Assassinat de Martinez Zogo : Les chefs Sawa souhaitent « que les coupables de cet acte innommable soient arrêtés, jugés et condamnés à la dimension de leur crime »

Noso ngarbuh

Massacre des civils à Ngarbuh : 3 ans après, Human Right Watch épingle encore la justice camerounaise