in ,

Un homme mort des suites de tortures au SED !

Le Secrétariat d’État à la Défense (SED) est mis en cause après la mort étrange d’un jeune homme dans l’une de ses cellules. 

SED
Le malheureux disparu-DR

Une arrestation brutale qui vire au drame. Les faits divers se déroule dans le quartier Nsam Escale de Yaoundé. Béranger Ignamoune Wapou, un jeune employé d’un programme de l’UNESCO, est interpellé devant le domicile familial par des agents du SED.

Selon des témoins de la scène, ces derniers essaient de le faire monter de force dans leur véhicule, comme à leur coutume. Sauf que cette fois, la méthode utilisée est d’une extrême violence : coups de bâton, injures, bastonnades, rapporte nos confrères de 237 Online. Choqué et affaibli, Béranger est finalement lancé à l’arrière du pick-up et conduit manu militari dans les bureaux du SED. Il l’ignore encore, mais il ne reverra plus sa famille.

Pour approfondir :   Jean de Dieu Ayissi : « L’Afrique a besoin de panafricanisme »

Les populations du quartiers indignés

Le lendemain matin,  Béranger Ignamoune Wapou est retrouvé mort dans sa cellule. Aucune explication n’est donnée sur les circonstances du décès. Le SED esquive même la question et refuse de fournir le moindre détail à la famille endeuillée. Une chose est sûre pourtant : le jeune employé de l’UNESCO était en bonne santé lors de son arrestation. Difficile dans ces conditions de ne pas faire le lien entre sa mort soudaine et les violences subies pendant son arrestation. Dès que la nouvelle du décès est connue, c’est la stupéfaction et l’incompréhension dans le quartier Nsam Escale. Les langues se délient et certains parlent d’une vengeance. Selon les habitants, cette dérive ne doit pas rester impunie.

Pour approfondir :   Les internautes soupçonnent des problèmes conjugaux entre Charlotte Dipanda et son mari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Meyock

Vidéo de consommation d’alcool par des enfants : l’opinion publique s’indigne, Boissons du Cameroun se désolidarise

ENTREPRISES PUBLICS

L’Etat du Cameroun a atteint une dette record de 190 milliards vis-à-vis des entreprises publiques