in

Un africain remporte le prix Nobel de la littérature 2021

Noberl

L’écrivain Tanzanien a remporté le prix Nobel de littérature 2021. C’est le 114e prix Nobel de littérature.

Noberl
 Abdulrazak Gurnah (c) Droits réservés

Né à Zanzibar en 1948 et réfugié au Royaume-Uni dès 1964, Abdulrazak Gurnah s’est fait remarquer pour son travail sur le post-colonialisme et le destin des réfugiés.

Il y a peu, Abdulrazak Gurnah a quitté son poste de professeur d’anglais et études post-coloniales à l’université du Kent, au Royaume-Uni. Le tout jeune retraité était notamment “un spécialiste de l’œuvre du Kényan Ngugi wa Thiong’o”, rappelle le quotidien suisse Le Temps. Ironie du sort, Ngugi wa Thiong’o avait été cité parmi les favoris du Nobel de littérature. Mais, ce 7 octobre, c’est bien Abdulrazak Gurnah qui l’a emporté, l’Académie suédoise ayant – une fois de plus – déjoué les pronostics.

Comme à chaque nouveau Nobel décerné, la presse étrangère fait les comptes. “Aucun écrivain africain noir n’avait été primé depuis [le Nigérian] Wole Soyinka, en 1986”, écrit le quotidien britannique The Guardian. Gurnah est aussi le premier romancier africain nobélisé depuis le Sud-Africain J. M. Coetzee, en 2003, et le cinquième auteur africain sacré depuis la création du prix Nobel de littérature, en 1901. Il est enfin le premier homme de lettres tanzanien à être ainsi récompensé.

Du swahili à l’anglais, un parcours mouvementé

En 2017, The Telegraph avait interviewé le nouveau lauréat. Le quotidien britannique avait demandé à Gurnah de raconter son histoire. Haussement d’épaules de l’intéressé : “Laquelle ? J’ai beaucoup d’histoires à raconter, j’ai eu plusieurs vies.”

Abdulrazak Gurnah est né en 1948 à Zanzibar, au large de la côte est de l’Afrique. La région plonge peu à peu dans le tumulte, alors qu’elle se défait de la tutelle britannique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Produit brassicole mincommerce

Produits brassicoles : Comment baisser la pression fiscale ?

Gicam mincommerce

Hausse des prix : Le temps de l’union sacrée