in

[Tribune] Qatar 2022 : analyse de la performance des Lions Indomptables

L’équipe nationale du Cameroun a achevé sa course au mondial Fifa Qatar 2022 le vendredi 02 décembre 2022, malgré sa victoire contre le Brésil (1-0). Josiane Matia, Chef des services des sports de Cameroon Tribune analyse la performance des Lions Indomptables au mondial Qatar 2022.

Lions indomptables CDM

Andre Onana

Il est le grand perdant de ce Mondial. Son image a pris un sacré coup après son départ de la sélection en pleine compétition. Mais saura-t-on un jour les faits d’indiscipline qui lui sont reprochés ? Titulaire face à la Suisse, le gardien de l’Inter Milan, peu inquiété jusque-là, a réalisé deux grands arrêts lors du deuxième acte. Sur le but de l’attaquant suisse d’origine camerounaise Breel Embolo, il n’a pu rien faire, abandonné par sa défense.

Devis Epassy

L’exclusion d’André Onana a fait de Devis Epassy un titulaire dès le deuxième match. S’il n’est pas coupable sur les trois buts encaissés contre la Serbie, il a tout de même sa part de responsabilité même si sa fébrilité peut se comprendre. Lui qui a été informé la veille du match qu’il serait titulaire alors qu’il était parti pour regarder le tournoi depuis le banc. Face au Brésil, il s’est montré largement à la hauteur. Le gardien formé à Rennes a tout repoussé. Elu Homme du match, il a fait oublier André Onana.

Nouhou Tolo

Dans son couloir gauche, le latéral des Lions a fait un Mondial correct avec quelques interventions face aux attaquants Suisses, Serbes et Brésiliens. Mais, pris de vitesse une fois par le Brésilien Antony, il fait un tacle à retardement par derrière qui lui a fallu un carton jaune. Sur ses rares montées, le Camerounais a été brouillon avec plusieurs centres ratés.

Fai Collins

Sur le côté droit, le latéral des Lions n’a pas eu de match facile, notamment face au Brésil. Pris dans son dos sur la première occasion de Martinelli, il a été en souffrance dans son duel avec le Brésilien. Pour autant, malgré ses limites techniques, il a globalement limité les dégâts sur l’ensemble des rencontres des Lions. Sur le plan offensif, il a loupé presque tous ses centres. Il a écopé d’un carton face à la Serbie et le Brésil.

Enzo Ebosse

Il n’a fait qu’un match mais est une des satisfactions camerounaises de ce Mondial. Aligné en raison du forfait de Nkoulou, le défenseur de l’Udinese a été à la hauteur. Avec Wooh, il a formé une charnière centrale performante. Malgré des problèmes dans son dos, il a été précieux par sa présence aérienne. Sa lecture du jeu lui a permis de repousser le danger à de nombreuses reprises. Défenseur polyvalent, il évolue en général comme latéral gauche.

Nicolas Nkoulou

Son retour en sélection, après plus de cinq ans d’absence, a surpris. Et sur le terrain, Nicolas Nkoulou s’est montré physiquement affaibli. Face à la Suisse et la Serbie, il a montré qu’il n’avait rien perdu de sa science du placement. Le problème est qu’il anticipe désormais moins. De plus, son jeu long a été beaucoup moins précis que celui de son gardien de but.

Jean Charles Castelletto

Jouant comme un stoppeur à l’ancienne, il a gagné de nombreux duels. Il a été impérial les deux premières rencontres, malgré un positionnement douteux sur les buts suisse et serbe. Globalement, le défenseur de Nantes a mis à mal certaines tentatives adverses, en coupant de nombreuses passes. Un Mondial réussi pour le défenseur central camerounais malgré quelques relances loupées. Il était absent face au Brésil à cause d’un pépin physique.

Pour approfondir :   [Tribune] : CAN TotalEnergies 2021 : Alea jacta est

Christopher Wooh

Titularisé en l’absence de Castelletto, le joueur de Rennes n’a pas tremblé malgré ce rendez-vous important. A plusieurs reprises, le défenseur central a même été déterminant avec des interventions autoritaires dans sa surface. Comme son équipe, il a parfois subi les offensives brésiliennes, mais n’a jamais cédé. Il a le profil d’un futur patron de la défense des Lions.

Martin Hongla

Mondial en demi-teinte pour le milieu de terrain de Hellas Verone. Titulaire face à la Suisse et la Serbie, il s’est montré peu inspiré. Très peu entreprenant sur le plan offensif, il perd bêtement un ballon qui conduit au troisième but serbe. Il est sorti, blessé contre la Serbie, remplacé par Gaël Ondoa qui n’a pas apporté grand-chose dans l’entrejeu des Lions.

Kunde Malong

Titulaire face à la Serbie et le Brésil, le milieu de l’Olympiakos a été plus en vue que Oum Gouet, transparent contre la Suisse. Pour compenser certaines montées de Zambo Anguissa, il avait un rôle défensif. Abandonné par son partenaire, il a montré ses limites. Plusieurs fois en retard, il a notamment récolté un carton jaune face à la Serbie. Pas toujours précis dans ses passes, il a fait de son mieux. Contre le Brésil, il est remplacé par Olivier Ntcham, qui de retour de blessure, a apporté plus d’impact. L’absence de celui-ci lors des deux premiers matchs du Cameroun a clairement été préjudiciable.

Zambo Anguissa

Le relayeur camerounais a fait un match plein face à la Suisse. Disponible, il a essayé d’amener le danger en combinant avec ses coéquipiers mais la précision a fait défaut au milieu des Lions dans son ensemble. Fantaisiste face à la Serbie, il a perdu un ballon en essayant un coup de sombrero devant sa surface. Un geste malheureux qui va conduire au deuxième but serbe. Contre le Brésil, il a souvent couru, se montrant parfois désinvolte.

Bryan Mbeumo

Titulaire lors des trois matchs du Cameroun, il n’a cadré que deux tirs. Face à la Suisse, l’ailier camerounais a vu sa frappe repoussée par le portier suisse. Contre le Brésil, il a vu son coup de tête piqué dévié par le portier. Et il n’a pas été en réussite sur ses corners. Très souvent émoussé en fin de partie, il n’a terminé aucun match. S’il a globalement assuré une belle couverture défensive, l’on attendait un peu plus de lui dans la percussion.

Pour approfondir :   Comment Samuel Eto'o a pris en charge les frais de santé de Serge Branco, champion olympique de Sydney 2000

Karl Toko Ekambi

Mondial raté pour l’ailier lyonnais dans l’ensemble. Titulaire lors des deux premières sorties du Cameroun, il a eu face à la Suisse le ballon de l’ouverture du score à l’entame du match. Sur un tir de Mbeumo repoussé par le portier suisse, il a envoyé le ballon loin au-dessus de la barre. Absent sur le jeu de contre-attaque des Camerounais, l’homme de Blida, devenu remplaçant à Lyon, s’est montré peu à son avantage.

Eric Maxim Choupo Moting

Bien surveillé par les défenses adverses, l’avant-centre a beaucoup décroché pour toucher les ballons. Il s’est montré globalement disponible. Il exploite bien un caviar offert par Vincent Aboubakar pour l’égalisation face à la Serbie. Alors qu’il faisait un match correct contre la Suisse, son remplacement par Vincent Aboubakar a été incompris. Devant les Brésiliens, il a été peu en vue mais a abattu un travail défensif appréciable.

Nicolas Moumi Ngameleu

Depuis l’arrivée de Bryan Mbeumo, Moumi Ngamaleu a perdu sa place de titulaire. Aligné d’entrée face au Brésil, il s’est montré assez entreprenant. Sur un centre, il a été proche d’être décisif. Il est emplacé à la 85e min par Jérôme Ngom, passeur décisif sur le but d’Aboubakar. Rien que sur ce centre décisif, l’ailier de la Colombe du Dja-et-Lobo a prouvé qu’il pouvait être meilleur qu’un Christian Bassogog, dont l’entrée face à la Serbie n’a rien apporté.

Vincent Aboubakar

Remplaçant lors de la première sortie du Cameroun face à la Suisse, il a fait une entrée fracassante contre la Serbie, en marquant un but d’un joli lob et en délivrant une passe décisive à Choupo-Moting. C’est tout naturellement qu’Aboubakar est élu Homme du match. Face au Brésil, il a de nouveau prouvé qu’il reste un redoutable buteur. Le joueur vedette des Lions a inscrit le but de la victoire dans le temps additionnel (93e). Seul point négatif, il est expulsé dans la foulée pour avoir enlevé son maillot.

Rigobert Song : Le sélectionneur des Lions indomptables a retrouvé le sourire avec la victoire contre le Brésil mais ce tournoi a montré qu’il manquait d’expérience au haut-niveau. Lui-même a reconnu avoir fait des erreurs lors du premier match en sortant notamment Choupo-Moting. Ses tâtonnements n’ont en tout cas pas aidé l’équipe qui avait les moyens de se qualifier. Il a également manqué de courage en refusant de faire d’entrée confiance à certains jeunes. Il a fallu qu’il soit dos au mur pour prendre des décisions qui font nourrir plus de regrets qu’autre chose. De plus, l’affaire Onana aurait certainement pu être gérée autrement, avec plus de discernement.

Josiane R. MATIA

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La région de l’Ouest évalue ses stratégies de développement

3498785 71322868 2560 1440

Cameroun : André Onana aurait été reçu à la présidence