in

[Tribune] « Parti d’opposition responsable » : Une expression vide de sens en politique

Dans une tribune publiée le mardi 11 juillet 2023, le journaliste François Aurelien Nguendia revient sur les propos du président de l’Assemblée nationale lorsqu’il a parlé de « Parti d’opposition responsable », lorsqu’il rendait hommage au défunt président du SDF, Ni John Fru Ndi. L’homme de médias estime que cette expression ne veut rien dire en réalité. Lebledparle.com vous propose le texte intégral.

cameroun partis politique opposition

Lors de son discours de clôture, lors de la session parlementaire à l’assemblée nationale, de Juin 2023, le Président Cavaye Yeguie Djibril, rendant hommage au Chairman Ni John Fru Ndi, a qualifié le SDF de parti d’opposition responsable. Il n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que cette mue progressive a été rendue possible grâce à la lucidité et la clairvoyance du Chairman.  Bravo ! Étant donné que le droit de la guerre interdit de tirer sur un corbillard, on ne fera pas de procès au Président fondateur du Social Democratic Front. Son âme mérite un repos paisible après les turpitudes et les turbulences de la vie sur terre.

Toutefois, le même silence ne saurait être porté sur les dires du Président de l’Assemblée nationale surtout dans un contexte où le peuple soupçonne de plus en plus, une certaine opposition d’être de connivence avec le pouvoir en place pour des raisons ignorées.

En effet la théorie politique de Joseph Lapalombara voudrait qu’un parti politique soit une association de personnes, dont l’objectif est la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir politique. Et nulle part dans cette démarche méthodique, le concept de « responsable « , au sens voulu par le PAN n’apparaît. Car que ce soit dans la conquête, ou dans l’exercice ou dans la conservation, il y’a toujours un goût de combat. L’idée de lutte apparaît en permanence.

Pour approfondir :   [TRIBUNE] : « Le système de santé camerounais est parmi les plus faibles du monde »

Tenons par exemple, le concept de conquête. Ce mot est par essence militaire, même terme servant à désigner les partisans d’un parti politique ; les militants. Même si, avec les démocraties modernes, la conquête du pouvoir soit davantage circonscrite à l’élection, il n’en demeure pas moins que cette dernière ne saurait être un sentier paisible. Surtout lorsqu’on sait que l’exercice et la conservation ad vitam aeternam s’opposent farouchement à la conquête. C’est-à-dire que, si les partis d’opposition ne se montrent pas menaçants, violents à la limite, aucun projet de conquête se saurait voir le jour. On reste dans ce cas dans l’accompagnement simple sans ambition politique aucune.

Pour approfondir :   JO Tokyo 2021 : Jean Pierre Amougou Belinga apporte une aide financière au boxeur Albert Mengue Ayissi

Les propos du Président de l’Assemblée nationale trahissent à suffire le rôle et la place donnés aux partis d’opposition au Cameroun. Des associations qui se doivent d’être responsables au risque de voir un serpent affamé sortir de nulle part pour remettre de l’ordre au sein du « petit parti politique  » devenu trop ambitieux et donc irresponsable.

Nos partis politiques animent tout simplement l’activité politique, mais on ne saurait les qualifier de partis politiques au regard de l’objectif de l’exercice et de la conservation du pouvoir politique comme voulu par Roberto Michels.

François Aurelien Nguendia

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lions namibie 1

Qualifications Coupe du monde 2026 : les adversaires des Lions indomptables sont connus

michel ndokiMRC

MRC : Les raisons de l’exclusion de Michèle Ndoki