in

[Tribune]-Calixthe Beyala : «Les Camerounais excellent dans tous les domaines, mais sont les derniers quand il s’agit du collectif et des bonnes mœurs»

[Tribune]-Calixthe Beyala : «Les Camerounais excellent dans tous les domaines, mais sont les derniers quand il s’agit du collectif et des bonnes mœurs»

Dans une tribune libre parvenue à notre rédaction le 4 juillet 2021, Calixthe Beyala salue l’intelligence et le savoir-faire des Camerounais qui pour elle, sont les meilleurs d’Afrique francophone en ce sens qu’ils excellent dans tous les domaines. Cependant, en termes de mœurs et du sens du collectif, un travail de fond doit être abattu, souligne l’auteur du roman « C’est le soleil qui m’a brûlée ».

[Tribune]-Calixthe Beyala : «Les Camerounais excellent dans tous les domaines, mais sont les derniers quand il s’agit du collectif et des bonnes mœurs»
Calixthe Beyala (c) Droits réservés

Pris individuellement, les Camerounais sont les meilleurs ; ils excellent dans tous les domaines en Afrique francophone. Peuple travailleur et intelligent, le Camerounais ne recule devant aucun obstacle. Il les franchit allégrement là où les autres font demi-tour et vont s’affaler.

Partout dans le monde, dans les meilleures universités, les camerounais y enseignent, sont chef de département d’une telle discipline, sont professeurs de médecine, avocats dans les cabinets les plus prestigieux, hommes d’affaires hors pairs, intellectuels survolant tout, écrivains et philosophes.

Pourtant, dès qu’il s’agit du collectif, nous sommes les derniers de la classe. On ne sait pas faire foule ; on ne sait pas s’associer et vanter les mérites des autres, ces petits gestes qui portent l’ensemble d’un peuple… Notre pays rame embourbé dans un individualisme forcené, une méchanceté crade, des mœurs à faire pâlir le diable et ses cornes…

Il faudrait que nous changions de comportement, tous autant que nous sommes pour l’avenir de notre si beau pays ; qu’on apprenne le sens du partage et du respect de l’autre ; qu’on apprenne à protéger notre jeunesse  et qu’on soit pour eux un modèle ; qu’on apprenne à contrôler nos pulsions en ne devenant pas de prédateurs sexuels dans un pays où la jeunesse rêve de Nike et qu’il suffit de le lui offrir pour la dévoyer et  l’abîmer à jamais, foutant ainsi en l’air toute l’espérance d’un avenir meilleur. Que nos élites arrêtent d’aller dans les quartiers chasser de la chair fraîche si bon marché. Oui, faire partie de l’élite induit d’abord des responsabilités vis-à-vis des plus fragiles de notre si magnifique pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Celestin Djamen traite Maurice Kamto de « pape de l'incohérence »

    Celestin Djamen traite Maurice Kamto de « pape de l’incohérence »

    Une forte pluie emporte une voiture et des passagers à Maroua