in

[Tribune] : Assemblée Nationale, l’urgence d’un toilettage…

assemblee nationale

Il est important de faire une chirurgie sans anesthésie si l’on voudra sauver l’institution qui a souvent été cité en termes d’exemple dans la mauvaise gouvernance. Et la dernière actualité de la suspension du désormais ex-Sg permet de comprendre sinon d’attirer l’attention de quelques regards au sujet du fonctionnement de l’Auguste Chambre.

assemblee nationale
Assemblée nationale (c) Droits réservés

De nombreux SG sont dégommés pour un rien, pour refus de plonger dans la gadoue. Ils sont jetés dehors pour respect des procédures et par ponce-pilatisme les redoutables « patrons » trouvent des motifs fantoches pour se séparer de ces gens qui veulent dit-on troubler la tranquillité de la maison.

Ces SG pour survivre doivent simplement obéir à la logique de « Bia karbô nalá djōm teguē bó» c’est a dire «Nous avons l’habitude de faire ainsi sans qu’il nous arrivé quoique ce soit». Aujourd’hui il est important de scruter de près toutes ces « histoires » souvent répandues.

De faux recrutement, de faux marchés, des marchés spéciaux, spéciaux, des procédures alambiquées, des faux bonds, des fausses missions, la confiscation des postes stratégiques par la beauferie, la « belle-famillerie », l’hyper puissance des atalakoutistes pour un résultat mièvre et désolant.

S’il est avéré que Gaston Komba et toutes prédécesseurs ont eu des gestion gabegiques, il faut comprendre le niveau d’implication des membres de la famille du Pan pourtant présents au Cabinet, au Contrôle financier, aux différentes commissions.

Des Questeurs à la solde, des parlementaires qui doivent leur présence au palais suite au parrainage du Pan, des courtisans et fieffés menteurs et roublards. Que font-ils pour préserver l’image de leur parrain et père.

De sources parlent des coups tordus dans le seul but de se remplir les poches, se faire un butin, dépouillant au passage quelques ambitieux, des personnels qui veulent se faire nommer, dépouillant quelques naïfs au travers des promesses fallacieux. Ils ne font rien sinon enfoncer Cavaye Yeguié Djibril et le pousser à la faute.

Il faut voir le bal des aspirants au poste de SG resté Open. La session de Mars se préparent, et pour éviter de se faire coincer par des regards indiscrets, il faut retoucher les documents, valider illico presto tout ce qui sort du Cabinet.

Sûrement quelques consultants et experts en nettoyage des traces sont déjà à l’œuvre. Il faut tout faire pour présenter une copie vierge, propre au lieu des feuilles immaculées qui pourraient intéresser le Consupe, le Tcs. D’où l’urgence d’une enquête indépendante. Cela est possible et faisable.

Cavaye ne fait pas peur mais des mouchards et colporteurs qui écument ses salons, ses couloirs, qui font des navettes pour faire des rapports truffés de curiosités. Il faut donc balayer. Tout le monde dehors. Il faut botter le pied à la fourmilière en mettant un terme à la saignée. C’est trop et laid. C’est salé et moche. La honte a foutu le camp, l’honneur et la dignité n’ont plus de place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Maire de la Ville de Limbe, Andrew Motanga Monjimba sera inhumé le 26 février 2022

Littoral : Elle gare son véhicule et se jette dans le Wouri