in

Taxe sur les transferts d’argent par mobile : La Ligue Camerounaise des Consommateurs demande à Paul Biya de réduire la taxe de 0,1%

Le Bureau Exécutif de la Ligue Camerounaise des Consommateurs (LCC), suite à l’entrée en vigueur le 1er Janvier 2022, de la taxe sur les opérations de transfert de fonds, par la voie des téléphones portables, appelle dans un communiqué, « prie son Excellence Monsieur le Président de la République, de prendre une ordonnance pour réduire cette taxe de 0,1% ».

image d’illustration (c) Droits réservés

En effet, depuis le 1er janvier 2022, les opérations de transfert d’argent réalisées par tout moyen ou support technique laissant trace, notamment par voie électronique, téléphonie mobile, télégraphique ou par voie de télex ou télécopie, à l’exception des virements bancaires et des transferts pour le règlement des impôts, droits et taxes ainsi que les retraits en numéraire consécutifs à un transfert d’argent effectué auprès des établissements financiers ou des entreprises de téléphonie mobile sont passibles à une taxe d’une valeur de 2 %

Bien que consciente, du souci du gouvernement d’élargir l’assiette fiscale, pour faire face à ses nombreuses et cruciales contraintes, la Ligue camerounaise des Consommateurs « regrette la non prise en compte du droit du consommateur à la représentation, disposition contenue dans la Loi cadre N 2011/012 du 6 mai 2011, portant protection du consommateur, les représentants des consommateurs, la Ligue Camerounaise des Consommateurs, notamment, n’ont pas été associés à l’examen du projet d’Avant-projet de cette Loi », peut-on lire dans le communiqué de son président Delor Magellan Kamseu Kamgaing.

Pour approfondir :   Pour soutenir les étudiants Camerounais, Vodafone lance le « Youth Program » en collaboration avec des universités

Aussi, la LCC déplore le taux exorbitant de ladite taxe, jusqu’à 0,2% et « prie le Président de la République, de prendre une ordonnance pour réduire cette taxe de 0,1% ».

Avec l’entrée en vigueur de cette nouvelle taxe, « qui pénalise fortement le portefeuille des consommateurs », soutient la Ligue Camerounaise des Consommateurs, « les opérateurs concernés, devraient supprimer les frais de réception des transferts, les frais d’envoi étant déjà facturés ».

Dans l’attente de la prise en compte de ses requêtes, la LCC encourage les consommateurs, à « utiliser d’autres modes de transferts de fonds, non surtaxés : Express Union, Express Exchange…pour effectuer leurs opérations ».

Bien avant la LCC, l’Association camerounaise pour la défense des droits des contribuables (ACDC) a publié un communiqué le 28 novembre pour dire « non à la double imposition introduite dans le projet de loi de finances 2022, qui prévoit la création de la taxe sur le transfert d’argent ».

« Le fait c’est que cette taxe-là est prélevée pendant le transfert, mais aussi au retrait. Si vous avez transféré 10 000 francs à quelqu’un, vous supportez les 0,2 %. Pendant le retrait, vous devez aussi supporter les 0,2 %. C’est une façon de tuer la monnaie électronique et décourager les opérations par voie électronique », raisonne Mazou Mouliom, président de l’Acdc.

Pour approfondir :   Coronavirus : Déjà 113 personnes infectées au Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAN 2021 : L’arrivée de la sélection éthiopienne dans son camp de base au Cameroun

CF Cyrille Serge Atonfack Guemo 5

[Tribune] : Cameroun : De grands challenges pour 2022