in

Soupçonnée de vol, une jeune dame dénudée et contrainte à exhiber son sexe à Yaoundé (Vidéo)

Komkana

Accusée de complicité de vol de mèche à Nkomkana un quartier de Yaoundé, une jeune femme a été déshabillée de force et contrainte à présenter ses parties sexuelles devant une caméra.

Komkana
La victime (c) Droits réservés

« Pourquoi chercher toujours à humilier les autres ? Y-a-t-il une justice dans ce pays ? », s’interroge avec courroux le vice-président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) en réaction à cette nouvelle scène ubuesque qui met en rogne les Camerounais à qui il reste un zeste d’humanité et amuse les insouciants patentés en quête perpétuelle du buzz quitte à bafouer la dignité humaine. En effet, une dame a été déshabillée et obligée d’exposer sa nudité devant un caméra de smartphone à Nkomkana à Yaoundé. La raison, elle serait complice d’un vol de mèche et de d’autres objets dans une boutique dudit quartier. La vidéo abjecte a ensuite fait le tour des réseaux voire médias sociaux, mais la rédaction de Lebledparle.com a choisi de ne pas la relayer dans on entièreté en raison de son caractère déshumanisant pour la femme, mère de l’humanité.

Pour approfondir :   Affaire Mendomo : le jeune homme dans la sextape dénonce un "montage"

De nombreuses personnalités sont montées au créneau pour dénoncer cet énième écart de comportement qui survient quelques jours seulement après l’apogée des sextapes. Après Mouhamadou Mota, le journaliste sportif Willy Kak y est également allé de sa jérémiade envers les auteurs de ce qu’il qualifie d’«ignominie».

« Depuis quelques temps, je vois circuler sur les réseaux sociaux, une vidéo d’une extrême barbarie humaine celle d’une présumée voleuse dénudée au quartier Nkomkana à Yaoundé. Face à cette horreur, je m’interroge sur ce que devient désormais le Cameroun pays de nos ancêtres. Où sont passées les bonnes mœurs, où est passée le respect de la dignité humaine, comment la femme, celle à qui l’humanité tient son existence peut-elle être aussi déshumanisée. J’invite et j’exhorte les autorités de ce pays à sévir et à punir avec la plus grande rudesse cette ignominie. Loin de moi l’idée d’encourager le supposé acte pour lequel elle bénéficie pourtant d’une présomption », souligne l’ancien pensionnaire de STV. Une fois de plus et peut-être de trop, un problème de mœurs prend une dimension publique au pays de Paul Biya.

Pour approfondir :   Emprisonnement à vie des leaders sécessionnistes : Le secrétariat général du Commonwealth dit son mot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dzongang 1

Albert Dzongang refuse de se présenter à la police

partouze eleves chambre

Un vaste réseau pervers sexuels démantelé à Douala