in

Santé : Découverte d’un nouveau variant du VIH plus transmissible et virulent

1105223713375720

Des recherches publiées récemment par Big Data Institute de l’Université d’Oxford ont révélé l’existence aux Pays-Bas d’un variant du VIH plus transmissible et virulent. Les personnes qui vivent avec le sous-type de VIH découvert il y a peu voient leur système immunitaire (taux de CD4) décliner deux fois plus rapidement, ont une charge virale (quantité de virus dans le sang) plus élevée et sont susceptibles de développer le sida deux à trois fois plus vite après le diagnostic que si elles vivaient avec d’autres souches du virus.

1105223713375720
Test du VIH (c) Droits réservés

L’étude, menée par une équipe du Big Data Institute de l’Université d’Oxford, a été la première à découvrir ce variant du sous-type B du virus. Elle a également révélé que la variante circule aux Pays-Bas depuis des années et reste réceptive au traitement anti-VIH.

La pandémie de VIH continue d’être responsable d’un décès toutes les minutes et les scientifiques ont peur depuis longtemps que le VIH ne développe de nouveaux variants qui se transmettent plus facilement. Le variant qui vient d’être identifié ne représente pas une menace majeure pour la santé publique, mais montre bien qu’il est urgent d’accélérer les efforts pour mettre fin à la pandémie de VIH.

« Dix millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde ne suivent pas encore de traitement, ce qui alimente la propagation du virus et le potentiel de nouveaux variants. Nous devons de toute urgence mettre en place les dernières innovations médicales de manière à ce qu’elles atteignent les communautés qui en ont le plus besoin. Qu’il s’agisse d’un traitement contre le VIH ou de vaccins contre la COVID-19, les inégalités d’accès alimentent les pandémies ce qui nuit à toutes et tous », a déclaré le directeur exécutif adjoint par intérim de la branche Programme de l’ONUSIDA, Eamonn Murphy.

Le VIH reste la pandémie la plus mortelle de notre époque : on estime à ce jour que 79 millions de personnes ont été contaminées par ce virus pour lequel il n’existe toujours ni vaccin ni remède. Depuis le début de la pandémie, 36 millions de personnes environ sont mortes de maladies opportunistes et 1,5 million de personnes ont été infectées par le VIH en 2020.

Sur les 38 millions de personnes vivant avec le VIH aujourd’hui, 28 millions suivent une thérapie antirétrovirale essentielle qui les maintient en vie et en bonne santé tout en empêchant la transmission du virus. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nord-Ouest : Un soldat emporté par un explosif improvisé à Sagba dans la Mezam

nyangono du sud

Un artiste camerounais violente Nyangono du Sud à Yaoundé