in

Samuel Eto’o fête 40 ans ce mercredi 10 mars

etoo boko

L’anicien buteur de la sélection nationale de Football camerounais, Samuel Eto’o Fils, né le 10 mars 1981 à Nkon, une petite ville proche de Yaoundé, souffle sa quarantième bougie ce 10 mars 2021.

 


etoo boko
Samuel Eto’o (c) Droits réservés

L’ancien Lion est à date, le seul joueur à voir gagner deux années d’affilée le triplé deux clubs différents. En effet, en 2009, il a gagné la Liga, la coupe du Roi et la Ligue des champions avec le FC Barcelone, puis en 2010, il gagne le Scudetto, la coupe d’Italie et la Ligue des champions avec l’Inter Milan.

Il a également remporté la Coupe du monde des clubs 2010 avec l’Inter Milan, en gagnant 3-0 face au Tout Puissant Mazembe en finale et en inscrivant un but. Il finit meilleur joueur de la compétition.

En gros, Samuel Eto’o c’est un peu plus de 440 buts en carrière dont 56 avec la sélection nationale. Faisant de lui le meilleur buteur de l’histoire des lions.

Natif de Nkon, banlieue de Yaoundé, Samuel Eto’o Fils fait ses premiers pas dans le quartier de Mvog-Ada, l’un des plus démunis de la capitale politique camerounaise. Pour offrir une vie plus confortable à ses six enfants (trois garçons et autant de filles), Eto’o père, comptable de métier, conduit les siens à Douala.

La famille s’installe à Newbell, quartier sensible de la cité portuaire. Sur les terrains vagues bosselés, Samuel, fan de Roger Milla, dribble en liberté avant de rejoindre l’Union camerounaise des brasseries de Douala. À treize ans et demi, l’attaquant impose son style en deuxième division locale. Une poignée de buts et il débute avec les Cadets camerounais, avant d’être surclassé.

Alors qu’il n’a que quinze ans, Samuel Eto’o rejoint la France pour tenter sa chance dans un club européen. Arrivé à Marseille, il passe par Carpentras avant de rejoindre la capitale. Il ne dispose alors que d’un visa de dix jours, bien insuffisant pour s’installer à Paris et ne peut pas sortir régulièrement de son appartement, pour ne pas risquer d’être refoulé. Malgré les difficultés d’intégration et celles liées au climat, Eto’o reste plusieurs mois à Paris avec sa famille et demande à intégrer le centre de formation du Paris Saint-Germain. Sans-papiers, le club parisien refuse de le recruter.

Il rentre au Cameroun et intègre l’école de football de la Kadji Sport Academies basée à Douala, capitale économique et principal port d’entrée au Cameroun, où le buteur fait partie des meilleurs espoirs locaux. Le club du Havre, en partenariat avec l’académie et prioritaire sur les joueurs, l’invite à un essai en Normandie. Eto’o reste près d’une semaine sur place mais n’est pas retenu.

Surclassé en équipe nationale, lors de sa première sortie avec les juniors camerounais, Eto’o signe un doublé malgré la défaite contre la Côte d’Ivoire (3-2). Il est surtout repéré par Pirri, recruteur du Real Madrid, qui lui propose un essai. Dix jours après, Eto’o débarque en Espagne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bekolo Obama

Tribune : Comment Macron peut-il encore vouloir sauver l’Afrique quand il n’arrive pas à sauver les Français ?

Cameroun : Trois trafiquants d’ossements humains interpellés en possession du butin à Yaoundé