in

Raoul Christophe Bia demande pardon pour « reportages partisans » à Vision 4

Le grand reporter s’est notamment excusé auprès d’Emilienne Mvogo, une inspecteur des impôts qu’il dit avoir offensé dans un reportage à Charge.

Raoul Christophe Bia
Raoul Christophe Bia (c) Droits réservés

Installé en Côte d’Ivoire, Raoul Christophe Bia a entamé une nouvelle aventure internationale dans sa carrière de journaliste. L’ancien journaliste de Vision 4 reconnaît avoir causé du tort à certaines personnes en effectuant des reportages de « règlements de comptes ». Dans une lettre intitulée « Mea Culpa », Raoul Christophe  exprime ses excuses à Madame Emilienne Mvogo, chef du centre des impôts, ainsi qu’à l’ancien directeur général des impôts, Modeste Mopa. Bia reconnaît avoir adopté une ligne éditoriale partisane dans le passé, ce qui a nui à la réputation et au bien-être de plusieurs personnes, notamment Mme Mvogo et son mari Aimé Robert Biyina, qui est par ailleurs journaliste. « En tant que journaliste, mon rôle est d’informer, d’éduquer et de divertir. Je reconnais que par le passé, j’ai pu outrepasser ces fonctions en adoptant une ligne éditoriale partisane, ce qui a malheureusement nui à la réputation et au bien être de plusieurs personnes y compris votre famille. Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces actes », peut-on lire dans sa missive.

Pour approfondir :   Wilfried Ekanga : « Le Cameroun est un pays hors-sujet » en matière de développement

Bia à Média Afrique News

Après avoir annoncé son départ de Vision 4, Raoul Christophe Bia s’est engagé avec Média Afrique News, une télévision basée au Gabon, avec des bureaux à Kinshasa, Lomé et Abidjan pour le moment. Son choix, a été motivé par la rémunération qui selon lui, défie toute concurrence.

« On m’a proposé un salaire que je ne pouvais pas refuser, parce que personne ne peut payer un tel salaire à un journaliste au Cameroun, entreprise de presse publique comme privée. En prime, j’ai négocié le recrutement de mon caméraman Hervé Ndoumbeng. Honnêtement je ne pensais pas qu’on allait me donner un tel salaire un jour. Quand j’ai donné ma prétention salariale, soit un million de Fcfa par mois, mes patrons ont été surpris. Ils m’ont demandé d’ajouter », a expliqué à Médiatude, le journaliste satirique.

Pour approfondir :   Dénudement d’une femme à Yaoundé : Le Pcrn se prononce !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ble

Charles Blé Goudé débarque au Cameroun pour un congrès sur le panafricanisme

Marie

Une enquête ouverte pour retrouver les vandales qui ont profané le sanctuaire marial de Nsimalen