in

Plainte de Maurice Kamto contre l’Etat : L’audience à nouveau renvoyée !

Kamtogato

Après un premier renvoi, le juge a récemment reporté l’audience pour le 12 novembre 2020, a appris Lebledparle.com des sources de l’AFP.


Kamtogato
Maurice Kamto (c) Droits réservés

L’audience aura lieu le 12 novembre 2020. Ainsi en a décidé le juge. En effet, le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC), Maurice Kamto estime être « séquestré » à son domicile au quartier Santa Barbara à Yaoundé depuis la veille de la « Marche pacifique » qu’il avait initiée le 22 septembre 2020.

C’est ainsi qu’il a porté plainte contre l’Etat pour « voie de fait administrative » pour avoir organisé des marches contre le régime de Yaoundé.

Depuis lors, affirme le candidat classé 2ème à la présidentielle du 7 octobre 2018, « Il n’y a hélas aucune évolution ! Mon domicile est toujours encerclé par des policiers et des gendarmes », confie-t-il à l’AFP.

Pour approfondir :   Le Pr Messanga Nyamding annonce un ouvrage sur la politique du Renouveau de Paul Biya et le Biyaïsme

D’ailleurs, : « Le 22 octobre, dès que j’ai essayé de mettre le nez dehors, j’ai été aussitôt encerclé par des policiers et des gendarmes dont le commandant m’a ordonné de rentrer dans ma concession. Et j’y suis toujours depuis plus d’un mois maintenant », a relaté l’homme politique à notre confrère.  

Une situation qu’a décriée l’avocat du plaignant qui lors de la récente audience, s’est offusqué de ce que son client est « privé de liberté (…) sans aucun mandat de justice, sans aucun acte d’administration », a dénoncé Me Emmanuel Simh.

Pour approfondir :   Hans Peter Schadek : « L'UE est attachée au respect de l'intégrité territoriale du Cameroun »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ken

Stop à la Crise au NOSO : Les artistes obtiennent une autorisation de manifestation publique à Yaoundé

Simho

Me Emmanuel Simh : « Briser les ailes d’un enfant brillant comme Mamadou Mota ce n’est pas normal !»