in

Paul Mahel : « Glencore continue de mener ses activités au Cameroun sans s’inquiéter »

Invité sur Radio Balafon dans Sacré matin du vendredi 27 octobre 2023, Paul Mahel, proche collaborateur de Me Akere Muna est revenu sur l’affaire Glencore.

Paul Mahel Balafon
Paul Mahel, Journaliste sur Radio Balafon - DR

Affaire Glencore

L’affaire Glencore continue de susciter l’indignation alors que des allégations de corruption pèsent sur cette entreprise. L’entreprise minière et de négoce suisse Glencore a admis avoir versé des pots-de-vin en espèces pour obtenir des contrats dans divers pays, y compris le Cameroun, ainsi que cinq autres pays, dont la République démocratique du Congo (RDC). Cette affaire a éclaté en 2018, mais malgré les accusations, Glencore semble poursuivre ses activités au Cameroun sans être inquiété, tout en maintenant son partenariat avec la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH).

L’aveu de corruption de Glencore a soulevé des questions sur l’éthique des entreprises et sur la manière dont elles mènent leurs activités dans les pays en développement. La corruption, les pots-de-vin et les pratiques commerciales douteuses ont des répercussions graves sur les économies locales et les populations de ces pays.

Paul Mahel, journaliste, a souligné que malgré ces révélations troublantes, Glencore continue de fonctionner apparemment sans entrave au Cameroun. Cette situation soulève des préoccupations quant à la capacité des autorités locales à faire respecter la loi et à garantir que les entreprises agissent de manière responsable et légale. « … Glencore a reconnu avoir corrompu en prenant de l’argent en espèce pour gagner des marchés… En dehors du Cameroun, 5 autres pays ont été victimes (dont la RDC…) …Depuis 2018 que cette affaire a éclaté, Glencore continue de mener ses activités au Cameroun sans s’inquiéter et est toujours partenaire avec la SNH », déclare Paul Mahel, journaliste.

Pour approfondir :   André Luther Meka réclame le retour de Michael Ngadeu en sélection nationale

Insécurité dans nos villes

Le journaliste a mentionné un autre problème préoccupant, à savoir l’insécurité dans certaines régions du Cameroun, en particulier dans les villes. Il a souligné le fait que dans certaines parties du pays, l’infrastructure de base, comme l’éclairage public, n’a pas été mise à jour depuis des décennies. Le manque d’investissements dans ces domaines essentiels peut avoir des conséquences néfastes sur la qualité de vie des habitants et sur la sécurité publique. « La dernière fois qu’un lampadaire a été allumé à la Cité des Palmiers c’était en 1960… », pense l’homme des médias.

Pour approfondir :   Penda Ekoka : « l'héritage institutionnel de Biya sera lourdement préjudiciable au développement de ce pays »

L’affaire Glencore soulève des questions sur l’intégrité des entreprises multinationales et sur la nécessité d’une réglementation plus stricte pour prévenir la corruption. De plus, les problèmes d’insécurité et d’infrastructures obsolètes demeurent des défis importants pour le Cameroun, qui nécessitent une attention soutenue de la part des autorités et des parties prenantes concernées.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

coupl pb

Affaire Mendomo : le jeune homme dans la sextape dénonce un « montage »

Richard Mboule Balafon

Richard Mboulé : au Cameroun, «il y a la méconnaissance de l’utilité de l’architecte »