in

Paul Mahel étale les péchés capitaux de Yango

Pointant les réformes observées dernièrement dans les rangs du facilitateur Yango au Cameroun, le journaliste Paul Mahel a la ferme conviction que l’entité veut abuser des Camerounais.

Taxi Yaounde

Paul Mahel est bien déterminé à ouvrir les yeux aux Camerounais sur les travers de l’entité Yango.Lebledparle.com a relevé que le journaliste Paul Mahel accuse le facilitateur Yango et révèle ses tares dans une publication où il avoue ouvertement que « Yango Deconne! »

« Dans ce pays les nouveautés commencent toujours bien et dès qu’on commence à les apprécier, ça se gâte.  Un peu comme une musicien qui casse sa guitare après une standing ovation. Voilà Yango qui est arrivé ici, tout le monde a dit c’est bien mais depuis quelques temps la déconne a commencé.

Alors qu’ils viennent tranquillement d’augmenter le prix de la course en douce, la qualité de service Yango à pris la poudre d’escampette.  Les temps d’attente sont de plus en plus longs. Tu indiques un lieu de prise en charge l’application dirige le chauffeur à l’opposée. Tu commandes un Confort, tu vois une vieille et sale Yaris qui vient avec un chauffeur en culotte et « sans confiance » aux pieds.

Les mêmes voitures prennent les courses Eco et confort. Quand tu commandes Eco il coupe la climatisation, tu dis confort il met la climatisation…ou plutôt la ventilation. Le Comble c’est lorsque l’application Yango te dit qu’elle a trouvé un chauffeur, tu attends 10 minutes et on te dit la course à été annulée par le chauffeur. Si l’affaire vous dépasse, vous dites une fois, on repart toute honte bue chez les gars en jaune. »

Pour approfondir :   Election à la Fecafoot : Jean Crépin Nyamsi, le candidat qui « maitrise »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aboubakar Vincent Canal

Martin Camus Mimb : « Aboubakar Vincent a donné une piste de règlement au problème André Onana »

Boney Philippe Bruno Bidjang

Bruno Bidjang à Boney Philippe : « tu as mon indéfectible soutien »