in

Paul Biya se fait représenter au Sommet de Paris par Louis Paul Motaze

E1vABzIWYAIK kT

Alors qu’on croyait le Cameroun absent de ces travaux, lebledparle.com apprend que Paul Biya s’est fait representé à ce somment par son ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

E1vABzIWYAIK kT
Motazé et Macron (c) Droits réservés

L’information a été confirmée mercrdi 19 mai par le journal EcoMation sur ses plateformes digitales.

 {source}<blockquote class=”twitter-tweet”><p lang=”fr” dir=”ltr”>EcoMatin confirme a ses abonnés et sa communauté d&#39;internautes que l&#39;info sur la Présence du MINFI <a href=”https://twitter.com/PaulMotaze?ref_src=twsrc%5Etfw”>@PaulMotaze</a> au sommet de Paris est vérifiée Les attaques a l&#39;image de <a href=”https://twitter.com/EcoMatin_CMR?ref_src=twsrc%5Etfw”>@EcoMatin_CMR</a> sont le fait de ceux qui, dans ce pays, ont encore du mal à s&#39;accommoder a une presse crédible. <a href=”https://t.co/Mo7E0nLOFX”>pic.twitter.com/Mo7E0nLOFX</a></p>&mdash; Fidieck Emile (@fidieckemile) <a href=”https://twitter.com/fidieckemile/status/1394919648987127810?ref_src=twsrc%5Etfw”>May 19, 2021</a></blockquote> <script async src=”https://platform.twitter.com/widgets.js” charset=”utf-8″></script>{/source}

Une trentaine de dirigeants africains et européens se sont réunient mardi 18 mai à Paris avec les grandes organisations économiques internationales. Le sommet, à l’initiative de la France, se donne pour objectif d’éviter l’asphyxie financière qui menace le continent en raison de la crise sanitaire par le Covid-19.

L’idée de ce « Sommet sur le financement des économies africaines » a été engendrée à l’automne 2020, quand le Fonds monétaire international (FMI) a calculé que le continent risquait de se heurter à un déficit de financement de 290 milliards de dollars d’ici 2023.

Certes, la croissance du continent, qui a connu sa première récession en un demi-siècle l’an passé à cause de la pandémie, devrait rebondir de 3,4 % en 2021 et de 4 % en 2022. « Et un moratoire mis en place dès avril 2020 a permis de donner un peu d’air au pays africains les plus endettés. Mais cela ne suffira pas. Les dettes publiques explosent sur le continent, comme la pauvreté: en 2021, 39 millions d’Africains pourraient tomber dans l’extrême pauvreté, selon la Banque africaine de développement (BAD) », apprend-on dans les colonnes de Jeune Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Amalo

Listes officielles des manuels scolaires 2021/2022 : Djaïli Amadou Amal entre au programme

shakiro arrete

[Tribune] : Christelle Nadia Fotso : « Il vaut mieux Shakiro que Njitap »