in

Opération Barkhane : « Il y a eu un développement globalement positif », résume le chef à Tombouctou de la Mission de l’ONU au Mali

Bakaner

Dans la soirée du mardi 14 décembre 2021, l’armée française s’est retirée de Tombouctou, huit ans après le début son intervention au Mali.

Bakaner
Forces Barkhane au Mali (c) Drpoits réservés

C’est le drapeau malien qui flotte désormais au camp de l’opération Barkhane à Tombouctou au Mali après le départ mardi soir, de l’armée française devant un petit comité de soldats français et maliens et d’autorités locales et onusiennes.

Le général français Étienne du Peyroux, chef de l’opération Barkhane au Mali, a échangé une franche poignée de mains avec le nouveau commandant malien du camp.

Il faut rappeler que ce fut le 2 février 2013 que François Hollande, alors président français, officialisa le début de l’intervention française en terre malienne : « à l’époque, la population nous acclamait quand on est arrivés » se souvient le sergent français Mathieu au microphone de France 24.

Les militaires français quittent Tombouctou après Kidal et Tessalit relevant que « ce n’est plus pareil, même si l’ambiance n’est pas non plus hostile » compte tenu de l’instabilité qui perdure.

A ce sujet, lance le commandant de l’opération antijiahdiste Barkhane, « Certains au Mali et dans la région ne comprennent pas que les armées françaises n’arrivent pas à pacifier le Sahel ».  Toutefois, pour le général Laurent Michon, les résultats sont fonctions des moyens mis à leur disposition : « Je les comprends. Mais c’est juste impossible avec les moyens dont on dispose… », fait-il savoir à notre confrère.

Tout compte fait, « Il y a eu un développement globalement positif », résume le chef à Tombouctou de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), Ricardo Maia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Buea : De nombreux blessés des suites d’un accident de la circulation

Francerol

Mali : Le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad accuse Barkhane d’avoir tué l’un de ses officiers