in

Éric Zemmour : « Nous nous battons pour expulser les djihadistes du Mali, mais le Mali expulse notre ambassadeur »

Éric Zemmour : « Nous nous battons pour expulser les djihadistes du Mali, mais le Mali expulse notre ambassadeur »

Le candidat à la présidentielle française, Éric Zemmour regrette la décision du Mali de fermer l’ambassade de France sur son territoire. C’est à travers un tweet qu’il l’a déploré suggérant la restructuration de la politique africaine de son pays, la France.

Éric Zemmour : « Nous nous battons pour expulser les djihadistes du Mali, mais le Mali expulse notre ambassadeur »
Eric Zemmour (c) Droits réservés

En effet, le Mali a décidé en date du lundi 31 janvier 2021, d’expulser l’ambassadeur de France de son territoire comme l’a annoncé la télévision d’État. Joël Meyer dispose de 72 heures pour quitter le pays, suite aux récentes déclarations jugées « hostiles » de responsables français à l’encontre des autorités.

C’est dans ce cadre qu’Éric Zemmour, 63 ans, et candidat à l’élection de 2022 en France s’est exprimé : « Nous nous battons pour expulser les djihadistes du Mali, mais le Mali expulse notre ambassadeur. Nos soldats meurent pour un pays qui nous humilie ! Toute la politique africaine de la France est à repenser », a-t-il tweeté.

{source}<blockquote class=”twitter-tweet”><p lang=”fr” dir=”ltr”>Nous nous battons pour expulser les djihadistes du Mali, mais le Mali expulse notre ambassadeur. Nos soldats meurent pour un pays qui nous humilie ! Toute la politique africaine de la France est à repenser.</p>&mdash; Eric Zemmour (@ZemmourEric) <a href=”https://twitter.com/ZemmourEric/status/1488195028811976711?ref_src=twsrc%5Etfw”>January 31, 2022</a></blockquote> <script async src=”https://platform.twitter.com/widgets.js” charset=”utf-8″></script>{/source}

L’expulsion de l’ambassadeur de la France au Mali ne compte pratiquement pas de précédents pour un ambassadeur de France dans la région, mais pouvait se laisser deviner au vu de la déclaration menaçante du ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, vendredi 28 janvier. Il avait affirmé que son pays « n’excluait rien » dans ses relations avec Paris, tout en ajoutant qu’une demande de départ complet des forces françaises n’était pas « pour le moment sur la table ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Le sélectionneur tunisien Mondher Kebaier viré

    Samuel Eto’o aux Lions indomptables : « Préparez-vous pace que ça sera la guerre »

    Samuel Eto’o aux Lions indomptables : « Préparez-vous pace que ça sera la guerre »