in

Michel Michaut Moussala : « Le Cameroun est en faillite »

Invité de Sacré Matin sur Radio Balafon, Michel Michaut Moussala exprime une opinion critique sur la situation actuelle en ce qui concerne la grève des enseignants baptisée opération craie morte du mouvement OTS au Cameroun, comme l’a constaté Lebledparle.com.

Michele Michaut Moussala
Michel Michaut Moussala, D.P du journal Aurore Plus - DR

Mauvais système politique

Le D.P du journal Aurore Plus affirme que le Cameroun est en faillite et pointe du doigt le système politique en place, le qualifiant de très mauvais. Il pose également la question de savoir si cette situation découle de la fin du règne en cours. «  …Le Cameroun est en faillite… Le système politique mis en place est très mauvais… Ou est-ce parce que c’est la fin du règne ? », déclare Michel Michaut Moussala, joint au téléphone.

Soutien au mouvement OTS de l’Adamaoua

Mr TIO souligne que cela fait déjà quatre semaines que les cours ne sont pas dispensés en raison de ces contestations. « Cela fait déjà 4 semaines que nous ne dispensons pas de cours… Nous soutenons les enseignants de la région de l’Adamaoua concernant leurs contestations de la décision de leur Gouverneur », affirme l’enseignant de Mathématiques au Lycée Bilingue de Deïdo.

Pour approfondir :   Maurice Kamto : « Je ne peux pas aspirer à diriger le Cameroun, sans que la France ne me connaisse.»

Il faut résoudre les problèmes des enseignants

L’enseignant de mathématiques au Lycée Bilingue de Deïdo explique que les enseignants demandent que leurs problèmes soient résolus de manière durable et appelle à une meilleure compréhension de leurs revendications. « Il faut que les gens comprennent ce que les enseignants demandent … Ils demandent que leurs problèmes soient résolus de façon pérenne… », ajoute Mr TIO.

Adamaoua : Opération Craie Morte, la situation s’envenime

Dans la région de l’Adamaoua, c’est un véritable bras de fer entre les enseignants et le gouverneur de la Région. Suite à la décision de Kildadi Taguieke BOUKAR affectant 27 enseignants, des voix se sont levées au sein du mouvement OTS.

Pour approfondir :   Grand dialogue national/Franck ESSI : « Le Premier Ministre ne peut pas présider les débats »

Selon les enseignants grévistes, cette décision est  une mesure de répression, mais surtout disent-ils une Guerre ouverte entre eux et le Gouverneur de la région de l’Adamaoua

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La presse

La revue de presse camerounaise du mercredi 4 octobre 2023

Mekaro

André Luther Meka : « Paul Biya a mis la liberté d’expression très haute »