in

Lutte contre le paludisme : Le Dr Albert Zé adresse une lettre ouverte à Paul Biya

biya paul v

En prélude à la mondiale du paludisme qui sera célébré le 25 Avril 2021, l’économiste de la santé écrit au chef de l’Etat pour qu’il révise le programme de lutte contre le paludisme au Cameroun. Le plaidoyer du chercheur sur les questions de santé a pour but d’arrêter les pertes financières liées à la mise en place d’un plan inadapté.


biya paul v
Biya Paul – DR

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de la lettre ouverte.

À monsieur le président de la république du Cameroun, son excellence Paul Biya

Objet: Plaidoyer pour la revue du programme de lutte contre le paludisme

Monsieur,

Votre participation à la conférence de Lyon en Octobre 2019 a démontré votre volonté et votre engagement dans l’amélioration de la santé des camerounais.

La journée mondiale du paludisme étant le 25 Avril 2021, je me permets de vous adresser ces quelques mots pour vous faire part des manquements qui perdurent dans la lutte contre cette maladie au Cameroun.

Depuis des années, le Cameroun et ses partenaires mettent à la disposition du programme national de lutte contre le paludisme, des financements importants pour mener des activités visant à vaincre le paludisme. Toutefois, les résultats restent très mitigés. Le paludisme continue d’être un lourd fardeau pour les ménages au Cameroun (en moyenne 4000 morts par an, une prévalence autour de 15%).

Ces chiffres officiels ne présentent malheureusement pas la situation réelle sur le terrain. Dans le cadre du projet international PALEVALUT (2015-2016), financé par le Fond Mondial et conduit par le Centre Pasteur du Cameroun, l’équipe d’experts dont je faisais partie a évalué l’incidence réelle du paludisme au Cameroun et nous avons eu pour résultat une prévalence d’environ 70%.

Pour approfondir :   Cameroun : Les tenanciers de bars ont désormais un « Guide du Barman »

De plus, votre décision de traiter gratuitement les moins de 5 ans reste uniquement sur les affiches dans les hôpitaux. Aucune effectivité et  les ménages continuent de payer le prix du lourd fardeau que cause le paludisme au quotidien.

Monsieur le Président, votre engagement et les financements alloués à la lutte contre le paludisme produiront toujours des effets non significatifs si on ne revoit pas totalement le plan national de lutte contre le paludisme. Il y a de cela 8 ans, l’économiste de la santé, que je suis, faisait déjà cette proposition en indiquant que les stratégies mises en place par le programme Paludisme ne correspondent pas à la logique de la lutte contre le paludisme.

En effet, le Programme de lutte contre le paludisme a pour principale stratégie, LA MOUSTIQUAIRE qui n’a jamais été une méthode efficace à travers le monde. Entre 2011 et 2015, la moustiquaire a englouti environ 88% du financement total de la lutte contre le paludisme (soit environ 90 milliards FCFA sur le total de 102 milliards FCFA). A titre de rappel, cette stratégie a vu le jour 23 ans après la lutte contre le paludisme en Europe et n’a jamais été à la première ligne dans tous les pays ayant vaincu le paludisme à ce jour.

Vos collaborateurs vous font le rapport selon lequel, la moustiquaire joue un rôle important et que les populations se protègent bien avec cet instrument. Il n’en est RIEN sur le terrain. Le plus souvent ces moustiquaires après distribution, servent comme des filets de pêche, comme des instruments de jeu pour les enfants, dans un autre cas elles se retrouvent sur le marché dans les pays voisins. D’où la nécessité pour vos collaborateurs de trafiquer les chiffres afin de continuer à vous donner espoir et à maintenir votre engagement et votre confiance envers eux.

Pour approfondir :   Ferdinand Ngoh Ngoh rétablit dans ses fonctions, un fonctionnaire limogé par Manaouda Malachie 

Pour ne pas être long, je vous épargne l’exposé sur la prise en charge des cas de paludisme qui demeure une véritable comédie de mauvais goût visant à fragiliser financièrement les pauvres populations camerounaises.

Monsieur le Président, Sachant que votre ambition demeure  » vaincre le paludisme », je continue de proposer que la lutte contre le paludisme soit complètement revue au Cameroun afin d’arrêter les pertes financières liées à la mise en place d’un plan inadapté. Vos collaborateurs qui œuvrent dans ce programme et dans la santé en général ne diront jamais le contraire.

Sur ce, je vous remercie de bien vouloir prendre en considération cette requête et je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Albert ZE, Economiste de la santé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Election DEEBY

Tchad : Idriss Déby Itno réélu pour un sixième mandat après 30 ans de pouvoir

onana

Pays-Bas : André Onana ne prolongera pas à l’Ajax !