in

Le Minesec annonce une série de poursuites judiciaires contre les auteurs et complices de la fuite des épreuves au baccalauréat 2020

eleves au lycee

En supplément des mesures conservatoires prises à l’encontre des auteurs et complices de la fraude au baccalauréat session 2020, le ministre des Enseignements Secondaires, Paul Nalova Lyonga a signé une série de décisions les sanctionnant définitivement, apprend-on du journal Le Jour en kiosque ce 30 avril 2021.


eleves au lycee
Image d’illustration (c) Droits réservés

« Un ensemble de décisions signées le 1er avril dernier par Nalova Lyonga, le ministre des Enseignements secondaires, sanctionne les intervenants et candidats coupables de fraude aux examens de la session 2020. En somme, ils sont 133 candidats, élèves et tierces personnes à écoper d’une sanction administrative, en attendant les poursuites judiciaires pour d’autres, pour ce qui concerne les seuls examens organisés par l’Office du Baccalauréat du Cameroun », peut-on lire.

Parmi eux, souligne le journal d’Haman Mana, 19 ont participé à « la rocambolesque » fuite des épreuves qui avait conduit l’instance organisatrice à reprendre trois épreuves, lors de la session.

Répartis sur la plupart dans les établissements scolaires de la ville de Douala, « on en retrouve cependant aussi à Bangangté, Bafoussam, Belabo, Dschang et Njombé.

Pour approfondir :   Cameroun : Les Sénateurs du SDF et du RDPC réclament l’application des résolutions du Grand dialogue national

Dans l’ensemble, « ils reconnaissent avoir reçu les épreuves ou leurs corrigés via WhatsApp avant de les transmettre parfois à leur tour, à des amis. La session 2020 est annulée pour tous et ils sont suspendus pour 2021. Par contre, Brandon Kamga Piam, Edgar Makong et Romaric Mouthe, administrateurs des plateformes Istec national, Tle C et D et Ze Bacc optimum, par lesquels ces épreuves ont abondamment été ventilées, seront poursuivis en justice », informe Le Jour.

Par ailleurs, des poursuites pénales sont annoncées à l’encontre de sieur Vincent Blaise Noah Menounga, un inspecteur pédagogique national de Chimie industrielle, qui « propose les sujets d’examen confectionnés par ses soins et les sujets de son homologue à certains établissements moyennant une somme de 500.000F».

Idem pour ses collègues enseignants du Collège Mohoua Tachomkam, du Collège polyvalent Suzanna, de Ste Martine, Lamartine et St Louis, un autre du Lycée Technique de Bonadoumbè qui ont acheté et proposé comme travaux dirigés à leurs élèves, ces sujets.

Pour approfondir :   Transition générationnelle : Paul Biya nomme des retraités

À l’époque des faits, la justice avait mis la main sur plusieurs jeunes, soupçonnés d’avoir bénéficié de cette fraude. Notamment Kevin Prince Gassam, arrêté à Bangangté et incarcéré à la prison de Yaoundé-Kodengui.

Sa libération avait été obtenue à la suite d’une grande mobilisation de l’opinion. L’adolescent avait finalement obtenu son examen.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pepe

Ligue Europa : Villarreal gagne la première manche face à Arsenal, Pépé buteur

Camerarr

Canal 2 annonce des poursuites contre des agents de la police municipale de Yaoundé 5 pour avoir bastonné leurs journalistes