in

Le crash d’un hélicoptère militaire fait cinq morts

Crash

Le drame est survenu dans la nuit du 9 au 10 septembre 2021 dans la localité de Togolokaye, dans le département de Téhini en Côte d’ivoire, appris Lebledparle Faits des sources militaires.

L’hélicoptère Mil Mi-24, engagé dans une opération de reconnaissance dans le nord de la Cote d’Ivoire, fief des terroristes, a été victime d’un crash dans la nuit du 9 au 10 septembre 2021, selon les informations rendues publiques par l’Armée.

« Cinq personnes à bord de l’hélicoptère MI-24 de l’armée ivoirienne, en mission de reconnaissance dans le Nord du pays, [avaient] été tuées après le crash qui a eu lieu dans la nuit de jeudi 09 à vendredi 10 septembre 2021 à deux kilomètres de la ligne frontalière dans la localité de Togolokaye, dans le département de Téhini», peut-on lire dans la dépêche de de l’Agence ivoirienne de presse (AIP), datée du 11 septembre.

Pour approfondir :   Cameroun : Un homme tue son beau-frère au cours d’une bagarre partie d’un simple regard

Contacté par Sputnik, Akram Kharief, journaliste spécialisé en défense et responsable du site Menadefense, fait savoir que «Le MI-24 n’est pas spécialement fait pour la reconnaissance ; c’est un hélicoptère assez instable qui est fait pour la lutte antichar. Le crash s’est produit dans le triangle frontalier avec le Burkina Faso et le Mali où évoluent la fois la Katiba Macina et la Katiba Gourma (affiliées au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, le GSIM*) ainsi que des terroristes de l’État islamique* dans le grand Sahara (EIGS)».

Soulignons que l’appareil appareil militaire appartenant à la flotte aérienne des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) avait été appelé en appui pour contenir une attaque terroriste et appuyer des troupes au sol dans la région de Ferkessédougou située à 570 km au nord d’Abidjan, zone frontalière avec le Mali et le Burkina Faso. Une enquête militaire a été ouverte pour en savoir plus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bonaberi, Douala

Douala: Un sexagénaire s’arme d’une carabine pour déloger sa famille d’une église «réveillée»

Crise Anglophone: Sept militaires tués par des sécessionnistes dans les localités de Nkambe, Ndu et Noni