in ,

Le Besiktas réintègre Vincent Aboubakar dans le groupe

Vincent Aboubakar s’exprime et explique les raisons de son exclusion du groupe professionnel de Besiktas.

Abou CHOU
Vincent Aboubakar marque encore (c) Droits réservés

La mise à l’écart de Vincent Aboubakar du groupe professionnel de Besiktas n’a rien à voir avec le sportif. Le club a invoqué les mauvais résultats et les attitudes incompatibles avec l’équipe, mais le capitaine des Lions indomptables a démenti catégoriquement : « Je n’ai pas fait de greffe de cheveux ni rien d’irrégulier. J’ai été gravement malade à cause du virus et je n’ai pas pu jouer 3 matches. J’ai inscrit beaucoup de buts la saison passée. Les buts que j’ai inscrits lors des matches de Conference League au début de la saison sont manifestes », a déclaré Aboubakar dans une interview.

Une réintégration dans le groupe

« Arrêtons tout de suite ces accusations stupides. Je n’ai pas fait de traitement capillaire cette saison. J’ai traité mes cheveux l’été dernier, après la fin de la saison dernière et avant le début de la pré-saison. Je n’ai eu aucun différend ou comportement indiscipliné avec quelqu’un cette saison. Rien ! […] Le club a déjà réévalué la situation et m’a envoyé un email confirmant ma réintégration. Alors arrêtez avec vos fausses accusations qui peuvent faire l’objet de poursuites en justice et laissez-moi faire mon travail », a posté Vincent Aboubakar.

Pour approfondir :   Fabrice Ondoa : « Je veux gagner la CAN une deuxième fois »

Une source nous informe que le problème viendrait du salaire élevé de l’attaquant camerounais. Vincent Aboubakar touche un salaire net de 5 millions d’euros par an. Le club stambouliote songerait ainsi à se séparer de certains joueurs aux gros salaires en raison de difficultés financières.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dina Ebimbe

Dina Ebimbe prêt à rejoindre les Lions indomptables, mais après la CAN ?

Libii Cabral Discours 2021

Tensions au PCRN : contre toute attente, Boris Bertolt prend la défense de Cabral Libii